Internet

Facebook supprime 72 groupes et 50 comptes en France pour faux engagement

Facebook a publié une déclaration mercredi (15) disant qu’il a éliminé un réseau français de 72 groupes, 50 profils et cinq pages pour avoir violé l’authenticité du service et les politiques de spam. Selon l’entreprise elle-même, il s’agit d’un effort pour réduire les abus dans le réseau social.

L’action a été lancée trois semaines seulement après que Facebook ait supprimé 196 pages et 87 comptes français accusés de diffuser de fausses nouvelles. Certaines de ces pages et certains de ces comptes ont été liés au Mouvement pour la France Libre (MBL). Mais le réseau récemment éliminé semblait avoir un objectif différent : générer de faux engagements dans un but purement financier.

Les enquêtes indiquent que le réseau était contrôlé par une entité identifiée comme PCSD qui utilisait des groupes, des profils et des pages pour acheter et vendre des réactions, des suiveurs et des pages de fans sur le réseau social, des pratiques qui ne génèrent pas d’engagement légitime et qui sont donc interdites par Facebook.

  YouTube n'accepte plus de nouvelles vidéos à partir d'aujourd'hui

Dans la déclaration, la société affirme avoir commencé à enquêter sur le réseau après avoir été alertée par le Digital Forensic Research Lab, une division de l’Atlantic Council, une société américaine qui aide les organisations, les dirigeants politiques et autres à traiter les questions internationales.

Il est intéressant de noter que le réseau PCSD a été détecté après que le Digital Forensic Research Lab ait enquêté sur de fausses pages politiques lors des récentes élections au Mexique, ce qui laisse penser que le groupe n’était pas seulement actif en France.

Dans le même message, Facebook a révélé qu’il compte actuellement environ 20 000 personnes dédiées aux domaines de l’intégrité, de la sécurité et de l’examen des contenus, et qu’au cours du seul premier trimestre 2018, il a supprimé 837 millions de contenus de spam et éliminé 583 millions de faux comptes.

Récemment, la société a également publié un manifeste expliquant les limites de la liberté d’expression. Dans ce document, Facebook dit qu’il supprime des contenus ou même des comptes lorsqu’il détecte une incitation à la violence, un discours de haine ou un risque de préjudice pour les personnes, par exemple.

  Le Vendredi noir sur Facebook a 300 fausses pages avec des promotions

A propos de l'auteur

Bernard

Actuellement responsable informatique dans une PME, je bosse dans le domaine depuis une vingtaine d'année maintenant. Fan inconditionnel de DBZ, et de la triologie Die Hard. #teamWindows sur Perlmol !

Laisser un commentaire