Internet

Google admet que des employés ont divulgué des enregistrements audio de Wizard

Après la controverse déclenchée par le site belge VRT NWS, dans lequel Google paierait des employés pour transcrire les audios de Google Home, l’entreprise s’est prononcée sur l’affaire en affirmant que l’un des experts linguistiques partenaires avait violé les politiques de sécurité et divulgué des données confidentielles en néerlandais.

Tout d’abord, Google a confirmé qu’il s’associe à des experts du monde entier pour transcrire et analyser une partie de l’audio afin d’aider à comprendre cette langue et ses nuances linguistiques. Et qu’il s’agit d’un processus essentiel qui aide l’entreprise à construire de meilleurs produits comme l’Assistant.

Après cela, la société a déclaré que l’un des réviseurs de contenu de Google Assistant avait divulgué ces informations en violation des politiques de sécurité. “Nos équipes chargées de la sécurité et de la protection de la vie privée ont été sollicitées à ce sujet. Nous ferons une analyse rigoureuse pour éviter que de tels comportements ne se reproduisent”, a-t-il cité dans une note.

  Google Chrome met en garde contre les formulaires dangereux sur les sites HTTPS

Google écoute les conversations qui ne sont pas des commandes

Le contenu examiné dans le rapport de la VRT NWS comprenait également des conversations entre parents et enfants, ainsi que des liens où des informations privées étaient discutées sans que l’assistant Google ne soit activé. Selon le véhicule, le seul ordre de Google aux experts était d’enregistrer les numéros et les mots de passe en tant qu’informations sensibles.

Google, en revanche, affirme que les experts n’examinent que 0,2 % de l’audio collecté et que ces fragments n’ont pas d’identification de compte, c’est-à-dire qu’ils ne sont pas associés aux personnes responsables. Quant aux autres conversations, l’entreprise indique qu’il est conseillé aux experts de ne pas transcrire tout autre contenu qui n’est pas destiné à l’assistant.

Cependant, Google reconnaît qu’il peut y avoir de faux déclencheurs de la commande “Ok Google“, activant l’assistant même avec des conversations en arrière-plan et envoyant les données aux serveurs de l’entreprise. Google a indiqué qu’il travaille avec plusieurs protections afin que cela ne se produise pas au domicile des utilisateurs.

  Google Stadia aura 120 jeux supplémentaires et fonctionnera avec plus d'Androïdes

A propos de l'auteur

Véronique

Véronique

La trentaine, maman de deux petits monstres de 10 ans. Je pèse chaque jour le pour et le contre dans l'utilisation des écrans pour mes bambins !
J'écris souvent depuis les transports en commun (#teamTablette).

Laisser un commentaire