Internet

La RIAA veut un autre allié dans la lutte contre le piratage : BitTorrent

“Gardez vos amis proches, mais vos ennemis encore plus proches.” Cette phrase iconique est la première chose qui m’est venue à l’esprit après avoir lu la lettre que Brad Buckles, vice-président de la division anti-piraterie de la RIAA, a envoyée à Eric Klinker, PDG de BitTorrent Inc. Ce document est une invitation – quelque peu provocante, soit dit en passant – pour les deux organisations à devenir partenaires dans la lutte contre le piratage.

La RIAA, il n’est pas difficile de s’en souvenir, est l’association qui représente l’industrie du disque aux États-Unis. En tant que telle, l’organisation est en guerre contre la distribution illégale de musique, en particulier dans les services en ligne.

J’imagine toujours les gens là-bas écumant de rage chaque fois que sortent des statistiques sur la piraterie. En effet, la RIAA a toujours pris des mesures assez agressives pour lutter contre ce problème, comme poursuivre des particuliers et faire pression sur les fournisseurs d’accès à Internet.

Il n’est donc pas surprenant que la lettre en question ait une forte teneur en acidité. Pour commencer, le document, daté du 30 juillet, est opportun, à un moment où BitTorrent Inc. célèbre ses dix ans d’existence. De plus, la lettre, malgré son ton apparemment conciliant, est imprégnée de critiques.

Buckles note que 75% des plus de 1,6 million d’infractions au droit d’auteur identifiées par la RIAA aux États-Unis en 2014 provenaient de torrents clients distribués par BitTorrent Inc. L’exécutif souligne également qu’une analyse d’échantillons aléatoires de 500 torrents DHT (Distributed Hash Table) a indiqué que 82,4% de ce contenu correspond à du matériel disponible dans le commerce, il est donc très probable que ce pourcentage indique une violation des droits d’auteur.

  WWDC 2020 : Comment regarder la conférence d'Apple en direct

Et ce n’est pas tout : 99 des 100 torrents de musique les plus populaires de KickassTorrents ont une sorte d’infraction, selon les termes de Brad Buckles.

Le dirigeant de la RIAA a utilisé tous ces chiffres pour contester la façon dont BitTorrent Inc. gère la question. Pour Buckles, cela n’a aucun sens que l’entreprise prétende être contre le piratage, mais ne fasse rien pour lutter contre le problème.

Il y a même une certaine arrogance dans la compréhension de la RIAA. Dans la lettre, Buckles cite la déclaration de Matt Mason, responsable du contenu chez BitTorrent, selon laquelle le piratage se produit en dehors de l’écosystème de l’entreprise. La RIAA fait valoir que les clients de torrents les plus populaires aujourd’hui, uTorrent et BitTorrent (tous deux BitTorrent Inc.), sont utilisés par des millions de personnes et que le nombre d’infractions qui en découlent dépasse souvent le nombre de notifications émises par l’entité à ce jour.

Ces questions ne sont pas nouvelles pour BitTorrent Inc. La société s’est toujours défendue en faisant valoir qu’elle est responsable du protocole qui porte son nom, et non de son utilisation. Dans une analogie simpliste, le tenir pour responsable serait d’associer la construction de la rue à la fuite du voleur.

  Les maisons de disques se plaignent du piratage dans les résultats de recherche Google (à nouveau)

Au final, qu’attend la RIAA de BitTorrent ? Que l’entreprise adopte des mesures strictes pour limiter la piraterie ? sur un autre ton, qu’elle surveille la rue.

La RIAA propose un “partenariat”. L’association peut fournir des torrents de hachis associés au piratage, et BitTorrent Inc. prend à son tour des mesures pour empêcher les infractions au droit d’auteur. Ce point avait de la place pour un coup de pouce supplémentaire : “Nous savons également que plusieurs sociétés offrent des services qui aident à identifier les sites illégaux et les torrents qui peuvent être utiles à BitTorrent”, indique un extrait de la lettre.

Toujours pas de réponse. Je ne suis même pas sûr qu’il y en aura. Mais vous pouvez facilement parier que BitTorrent Inc. n’acceptera pas la “proposition”, après tout, la société a passé ces dernières années à démêler magistralement les accusations et les questions sur le piratage.

Une décision judiciaire ou autre peut même déterminer la mise en place de filtres ou de tout autre mécanisme de ce type chez les clients des torrents, mais il y a là plusieurs complications. Par exemple, serait-il nécessaire de prouver l’illégitimité du contenu bloqué ? La RIAA ne pouvait même pas donner de certitude sur les infractions présumées es dans les 500 torrents analysés.

Controversés ou non, les assauts de la RIAA sont compréhensibles. La piraterie affecte un modèle économique consolidé depuis des années et personne n’ignore l’existence d’une menace. Mais c’est exactement là que se situe le problème. Les temps sont différents. La technologie stimule de nouvelles formes de consommation de contenu. Si l’on ne répond pas correctement à cette demande, les gens ne se contenteront pas d’une vieille formule.

  BitTorrent rejoint le studio pour créer des séries exclusives

Nous savons, historiquement, que la restriction des moyens de partage ne fonctionne pas. Un service peut même être détruit, mais les gens trouveront d’autres moyens. Ce qui fonctionne, c’est d’investir dans des modèles commerciaux plus intéressants et plus pratiques pour les consommateurs que le piratage, même si cette nouvelle approche doit être peaufinée pour donner un rendement financier.

Les services de streaming sont là pour prouver que vous pouvez prendre des mesures plus audacieuses, même si le secteur n’a pas montré jusqu’à présent de signes de rentabilité constants. Coïncidence ou pas, un autre exemple vient de BitTorrent lui-même. L’entreprise gère depuis 2013 l’offre groupée BitTorrent, un service qui propose le téléchargement de contenu via le P2P, mais pour une somme modique.

L’offre groupée BitTorrent n’a pas encore une grande base de contenu, mais elle attire peu à peu les artistes, non seulement par l’attente d’une rémunération (il n’y a pas d’intermédiaires et l’artiste reçoit généralement 90% de la collection), mais aussi par l’approche du public que le modèle fournit. L’un des partisans de cette idée n’est autre que Thom Yorke, le chanteur de Radiohead et un ennemi farouche de la manière peu généreuse dont les maisons de disques traditionnelles traitent les artistes.

A propos de l'auteur

Ronan

Le Breton de l'équipe ! Développeur back-end dans une startup française. Internet des objets, domotiques, mes sujets de prédilection sont vastes. #teamLinux sur PerlmOl

Laisser un commentaire