Jeux

Des pirates informatiques ont réussi à faire fonctionner Linux sur Nintendo Switch

Un groupe de hackers a fait un pas de plus vers le déverrouillage de la Nintendo Switch : ils ont réussi à faire tourner Debian Linux sur la console en exploitant une vulnérabilité du processeur de jeu vidéo. Et il semble que cette faille ne puisse pas être réparée par Nintendo aussi facilement.

Les membres de fail0verflow disent à TechCrunch qu’il y a une faille de sécurité dans la ROM de démarrage de la Nvidia Tegra X1. Chaque fois que vous appuyez sur le bouton marche/arrêt de la console, cette ROM se déclenche et appelle le système d’exploitation propriétaire de Nintendo. Cependant, en exploitant la vulnérabilité, il est possible d’exécuter un logiciel qui n’a pas été développé à l’origine pour le Switch.

Comme la ROM de démarrage est stockée sur le processeur Nvidia et ne peut être modifiée, le groupe affirme que la défaillance ne peut être corrigée par Nintendo avec une mise à jour logicielle, par exemple. La seule façon de le réparer serait de fabriquer de nouvelles puces Tegra X1, ce qui signifie que seules les nouvelles révisions de l’interrupteur seraient concernées.

Un hacker de longue date trouve des failles dans les jeux Android et iOS

L’exploit n’est pas encore public et les détails pour exploiter la faille n’ont pas été divulgués. Si c’est le cas, Nintendo pourrait avoir des problèmes avec les jeux pirates à l’avenir.

A propos de l'auteur

Bernard

Bernard

Actuellement responsable informatique dans une PME, je bosse dans le domaine depuis une vingtaine d'année maintenant. Fan inconditionnel de DBZ, et de la triologie Die Hard. #teamWindows sur Perlmol !

Laisser un commentaire