Logiciels

Cette application conceptuelle promet de vous faire courir moins pour trouver des places de parking

Avez-vous déjà vécu l’expérience ennuyeuse de faire le tour du parking jusqu’à ce que vous trouviez une place libre ? Soyez patients. Mais sachez que cette tâche pourrait devenir un peu plus facile. Il suffit de développer une application appelée PocketParker.

Cet outil est le résultat d’un projet de chercheurs de l’Université de l’État de New York. L’idée est de faire en sorte que les smartphones des conducteurs participants soient utilisés comme des capteurs pour indiquer les places disponibles dans un parking.

Le système commence par des requêtes dans la base de données OpenStreetMap pour identifier les zones qui délimitent les parkings. En fonction des dimensions de la place, le service estime le nombre de places de stationnement qui y existent.

Dans l’étape suivante, les smartphones équipés de PocketParker sont suivis(anonymement). Si vous remarquez qu’une voiture participante circule dans un parking, PocketParker comprend que l’endroit est plein. Si deux utilisateurs ou plus entrent dans le lieu et qu’il ne faut pas longtemps pour arrêter la voiture, on en conclut qu’il n’y a probablement pas de capacité à cet endroit.

  WordPress 2.9 sera doté d'un éditeur d'images

PocketParker peut également détecter quand un utilisateur a quitté le parking et ainsi alerter un autre utilisateur qui cherche une place.

Notez qu’avec un nombre considérable d’utilisateurs, le système peut croiser ces informations et d’autres pour avoir un contrôle relativement précis des lieux avec et sans postes vacants.

Et comment PocketParker sait-il que l’utilisateur utilise la voiture ? En analysant les données du GPS et de l’accéléromètre : en marchant, la personne conduit beaucoup plus lentement qu’une voiture et passe à des endroits où les véhicules n’entrent pas.

Bien sûr, PocketParker est sujet à des erreurs, mais les résultats préliminaires ont suscité un tel enthousiasme chez les chercheurs que le concept a même été baptisé : “pocketsourcing”.

Dans les calculs d’estimation du nombre de places de parking, le système a montré une marge d’erreur de seulement 6%. Dans les prévisions de places de parking disponibles, PocketParker a eu une moyenne de 19 occurrences toutes les 20 tentatives.

  Nokia lance ICI les cartes pour Android, à commencer par les téléphones Samsung

Les tests n’ont pas manqué : l’application a été utilisée par 105 utilisateurs pendant environ 45 jours. Ensemble, ils ont enregistré 10 827 arrivées et départs dans les parkings.

Oui, le pocketsourcing a quelques défauts. Pour commencer, le système peut générer de fausses alertes, comme lorsqu’un utilisateur laisse sa voiture dans le parking, mais la laisse dans un autre véhicule (quelle que soit la raison). En outre, le système n’est pas en mesure de réaliser e lorsqu’un conducteur qui n’utilise pas le PocketParker occupe un espace considéré comme libre.

Mais l’idée peut être améliorée. Geoffrey Challen, l’un des chercheurs du projet, pense que l’application fonctionnera mieux si elle fait partie d’un autre service déjà établi, comme Google Maps.

PocketParker est présenté à UbiComp 2014 et dans le cadre d’une étude, n’a pas de prévision de lancement.

A propos de l'auteur

Bernard

Actuellement responsable informatique dans une PME, je bosse dans le domaine depuis une vingtaine d'année maintenant. Fan inconditionnel de DBZ, et de la triologie Die Hard. #teamWindows sur Perlmol !

Laisser un commentaire