Logiciels

Comment se passe l’adoption d’Apple Music ?

Depuis le lancement d’Apple Music il y a près de deux mois, beaucoup sont curieux de savoir si le service de streaming musical d’Apple a “marché”. Avec un grand pari sur la conservation de la musique par des experts dans le domaine, un flux qui montre les mises à jour des artistes préférés de l’utilisateur et une radio qui fonctionne 24 heures sur 24 et est contrôlée par des DJ du monde entier, comment se passe l’adoption du service par les utilisateurs ?

Il est un peu difficile de répondre à cette question. Sans beaucoup d’informations autres que le nombre d’utilisateurs ? qui a dépassé les 11 millions au début de ce mois, selon ce que les dirigeants d’Apple ont dit à USA TODAY ?, vous ne pouvez pas avoir une idée si les fonctionnalités qui se démarquent dans Apple Music sont un différentiel pour les utilisateurs ou s’ils écoutent simplement de la musique de la même manière qu’ils le feraient dans Spotify, par exemple.

Ce qui nous aide à répondre à ces questions est une enquête récente de MusicWatch, une société spécialisée dans la recherche sur l’industrie de la musique. L’étude was menée en interrogeant 5 000 Américains âgés de 13 ans et plus a révélé que 77 % des utilisateurs d’iOS savent ce qu’est Apple Music, alors que seuls 11 % utilisent le service.

Parmi les personnes qui se sont inscrites pour la période d’essai, 48 % ont déclaré ne pas utiliser le service. Apple, cependant, a émis une note à The Verge contestant le pourcentage communiqué par le chercheur. Selon l’entreprise, 79% des utilisateurs qui participent à l’essai utilisent toujours de la musique ? ce chiffre s’appliquerait probablement aux 11 millions de membres de la période d’essai.

  Apple lance la version bêta publique d'iOS 13, iPadOS et macOS Catalina

L’enquête visait également à savoir si les utilisateurs utilisent les différences entre le service et la concurrence. La radio Beats 1, qui possède des studios à New York, Los Angeles et Londres, est écoutée par 30 % des personnes interrogées, tandis que 27 % disent utiliser la fonction Connect, qui affiche les mises à jour des artistes préférés de l’utilisateur.

Pour les utilisateurs de l’écosystème Apple, cependant, le plus grand avantage de Music est son intégration avec iOS (et c’est moi qui devine, pas la recherche). Sur l’iPhone, l’avantage est que l’application est développée par Apple elle-même, ce qui garantit que l’aspect natif de l’application améliore sa vitesse et son intégration dans le système.

Vous pouvez, par exemple, utiliser Siri pour faire jouer un artiste ou mettre en place une alarme avec n’importe quelle chanson d’Apple Music. Si vous n’utilisez pas beaucoup ces fonctionnalités(ou si vous vous contentez de Google Now et de l’intégration de Spotify avec Android), vous pouvez également synchroniser votre musique iTunes avec la musique. Encore une fois : pour ceux qui ont une base d’appareils Apple, le service en vaut la peine.

Pas étonnant (et nous revenons maintenant aux données de l’enquête), lorsque on a demandé aux utilisateurs s’ils continueraient à utiliser Apple Music après la fin de la période d’essai, 64 % ont répondu que la probabilité de rester est “extrêmement” ou “très élevée”. 61 % ont cependant déclaré avoir désactivé l’option de renouvellement automatique de l’abonnement.

  Steam for Mac est pratiquement confirmé par les teasers

Enfin, l’enquête a également demandé aux répondants s’ils avaient migré à partir d’autres services de streaming. 28% ont déclaré avoir déjà utilisé Spotify Premium e 11% ont apprécié la version gratuite du service.

L’adoption du service en France

Les statistiques ci-dessus ont donné une idée de la manière dont Apple Music a été adopté aux États-Unis, mais il est prévu que certains de ces pourcentages s’appliquent également à la France. Ici, j’ai constaté que de nombreux utilisateurs qui ont migré vers le service avaient une base complète d’appareils Apple, ou étaient à l’aise en utilisant iTunes pour écouter de la musique sur Windows.

Le service vise également à devenir populaire auprès des personnes qui ne connaissaient pas la plupart des services de streaming. Il n’est pas étonnant qu’après la mise à niveau vers iOS 8.4, beaucoup de gens soient allés écouter leur musique dans l’application et soient tombés sur un écran offrant un service de streaming gratuit pendant trois mois.

C’est une tactique qui contribue à la diffusion de la musique et à l’augmentation du nombre d’utilisateurs. Lorsque la période de test sera terminée, il sera plus facile de savoir si les statistiques ci-dessus se réaliseront et si le service continuera à être utilisé par un grand nombre d’utilisateurs… Spotify, pour référence, compte plus de 20 millions d’abonnés et 75 millions d’utilisateurs actifs dans le monde entier.

Cependant, avec la hausse du dollar, je ne suis pas sûr qu’Apple Music soit une bonne option pour ceux qui ont migré de Spotify pour profiter de l’intégration avec iOS ou OS X. Cité à 3,47 au moment où j’écris ce billet, les 4,99 euros mensuels du service deviendraient 17,31, sans compter l’OIF (6,38% de plus) et la prime de votre carte de crédit, qui peut faire passer la valeur du dollar de 10 à 20 cents.

  Comment rendre votre Android comme un téléphone Ubuntu

Tout au plus, si la devise américaine continue à tourner autour de cette valeur dans les mois à venir, l’abonnement Apple Music ne devrait pas dépasser 20 ? mais plus de 30% de plus que les 14,90 qui sont facturés par Spotify, lorsqu’il n’y a pas d’IOF ou de variation de taux de change parce que la facturation est faite en monnaie nationale. C’est à l’utilisateur de décider si la différence en vaut la peine. Certains disent que cela ne fait pas tant de différence, mais d’autres ont l’intention de revenir à Spotify lorsque la période de test sera terminée.

En fin de compte, il semble que ce soit la proposition d’Apple avec Music : offrir une alternative plus confortable à ceux qui font partie de l’écosystème de l’entreprise. C’est ce qu’elle entend faire avec tous les autres services qu’elle présente, d’ailleurs. En dehors de sa base d’appareils (Macs, iPhones, iPads), aucun service n’a été fait pour abolir la concurrence car, fondamentalement, elle n’a pas besoin ? l’avantage avec la commodité est déjà suffisant pour garder la plupart des utilisateurs.

A propos de l'auteur

Bernard

Actuellement responsable informatique dans une PME, je bosse dans le domaine depuis une vingtaine d'année maintenant. Fan inconditionnel de DBZ, et de la triologie Die Hard. #teamWindows sur Perlmol !

Laisser un commentaire