Logiciels

En fin de compte, l’application Tubby n’existe pas, mais elle a encore des explications à donner

Après avoir été le déclencheur de discussions interminables sur les réseaux sociaux ces dernières semaines, Tubby, cette application qui allait permettre d’évaluer les femmes, plus ou moins comme Lulu, s’est révélée être un grand canular pour faire passer un message important.

Une vidéo a été publiée hier soir au moment où l’application était censée être lancée, avec des sous-titres qui expliquent les intentions réelles selon ses créateurs. C’est ça :

Le texte donne une leçon de morale à tous ceux qui étaient vraiment désireux d’évaluer les femmes, en reliant cette pratique à la vengeance du porno et aux dommages psychologiques qui peuvent causer l’exposition d’une personne. En d’autres termes, l’application n’a même pas été créée : il s’agissait juste d’une tentative de signaler des problèmes qui existent et qui ne reçoivent pas l’attention qu’ils méritent.

Pour cette raison, les créateurs de “app”, Guilherme Salles e Rafael Fidelis, méritent des applaudissements. Ils ont eu l’idée et ont pris contact avec Livia Gusmão, de Conteudoria, pour qu’elle puisse faire bouger l’application sur les réseaux sociaux. Le résultat, publié par l’entrepreneuse elle-même sur son Facebook, a été énorme : 1,5 million de personnes ont accédé au site, ce qui a donné 850 mille résultats de recherche sur Google, 98 mille parts de site sur Facebook et plus de 3 millions d’impressions sur Twitter en seulement 24 heures.

  Microsoft interdit le menu de démarrage classique dans Windows 8

Pour mettre fin à la campagne, les garçons ont contacté le blog Not Else pour enregistrer une vidéo avec un “investisseur coréen” (Pyong Lee, who a une chaîne d’humour sur YouTube) et ont laissé les liens vers les profils de toutes les personnes impliquées dans la description de la vidéo.

Mais avant d’enterrer le sujet, certaines choses ont été mal expliquées et cela a généré beaucoup de suspicion sur les intentions réelles des personnes qui ont conçu l’application.

Est-ce le cas ?

La première concerne la collecte d’informations : en plus des courriels des gars qui se sont inscrits, pour que les filles ne soient pas incluses, il a fallu autoriser la demande pour avoir accès à certaines informations du profil. Mais s’il ne s’agissait pas d’une véritable demande, pourquoi recueillir ces informations ? De plus, elle a été collectée auprès des personnes qui ont demandé à quitter l’application. Quel était le but ?

Ensuite, à propos des serveurs liés au domaine : il y a apparemment huit instances en Amazonie EC2.

  Internet Explorer il y a 15 ans

Enfin, il est très curieux que le lancement de l’application ait été reporté et qu’il n’y ait pas d’application, juste une vidéo. Si l’application n’a jamais existé, il s’agit d’une vidéo relativement simple qui a nécessité une prolongation de délai pour être réalisée. Et, par coïncidence, il a été révélé qu’il s’agissait d’un faux après l’interdiction de la Cour de justice de Minas Gerais – qui est intervenue après la première date de diffusion. Toujours à propos de la décision de justice, une personne sur Twitter qui prétend travailler avec l’un des créateurs de l’application a déclaré avoir “passé la journée à presque pleurer” lorsqu’il a quitté l’injonction.

Il est également suspect que les sous-titres de la leçon de morale elle-même n’aient été postés qu’après le téléchargement sur YouTube, par rapport à d’autres qui parlent de l’application de manière factuelle et légèrement exagérée, sur un ton de bonne humeur.

Mais il y a d’autres faits qui pèsent en faveur de la version des gars : Lívia Gusmão dit qu’elle n’a accepté de participer à la “campagne” – qu’elle a même fait gratuitement – que si l’application n’a jamais existé. Et, en réponse à un utilisateur et dans le post de Lívia, les créateurs affirment qu’il n’y a eu aucune collecte de données auprès de qui que ce soit – ce qui est très suspect devant huit instances sur Amazon EC2.

  Galerie : voir les photos et vidéos de l'iPhone 4

Le Not Safe a publié un texte expliquant la “trollada”, le paiement des serveurs et comment tout cela n’était qu’une grosse blague. Mais nous attendons toujours la réponse des créateurs, car certaines choses restent à moitié mal expliquées à nos yeux.

Nous les avons contactés pour nous aider à relier ces extrémités et à comprendre ce qu’est Tubby’s. Dès que nous aurons des réponses, nous vous donnerons la mise à jour. Pendant que nous vérifions avec les sources, il est bon de suivre les conseils donnés dans la vidéo et de ne pas se laisser prendre au piège.

Mise à jour à 14h02.

A propos de l'auteur

Ronan

Ronan

Le Breton de l'équipe ! Développeur back-end dans une startup française. Internet des objets, domotiques, mes sujets de prédilection sont vastes. #teamLinux sur PerlmOl

Laisser un commentaire