Logiciels

D’où vient la surévaluation de WhatsApp ?

L’achat de WhatsApp par Facebook est le grand sujet des médias technologiques et économiques depuis hier soir. L’investissement de Mark Zuckerberg de 12 milliards de euros en actions Facebook, 4 milliards de euros en espèces et 3 milliards de euros en actions fermées à offrir aux employés de WhatsApp ? a explosé.

Mais est-ce que WhatsApp vaut vraiment 19 milliards de euros ?

Bien que le montant semble énorme, encore plus si on le compare au milliard de euros dépensé pour l’achat d’Instagram en 2012, il faut se rappeler que le montant investi dans WhatsApp est, en quelque sorte, un “changement de barre” pour Facebook, puisqu’il ne correspond qu’à une partie de la valorisation que le réseau social a acquise en bourse ces 30 derniers jours. En outre, il s’agit d’une acquisition stratégique qui aide Facebook à étendre son marché en tant qu’entreprise, neutralise le principal concurrent du réseau social et empêche un autre titan du numérique de prendre le contrôle de WhatsApp.

Élargissement à d’autres pays et à d’autres publics

Les chiffres de l’application ne vous laissent pas mentir : selon les données de BuzzFeed, dans des pays comme la France, le Mexique et l’Espagne, 25 % du temps passé sur les smartphones est utilisé dans WhatsApp.

Ce n’est pas un hasard si ce sont précisément des marchés où le réseau social veut encore s’étendre. Le service d’échange de messages est également leader dans plusieurs autres régions du globe comme l’Europe, l’Amérique du Nord et l’Inde. Elle n’est perdante que dans certaines régions d’Asie, comme le Japon (où Line est le leader) et la Chine (dominée par WeChat).

L’incorporation de WhatsApp a également permis à Facebook d’atteindre un autre public, celui des adolescents, qui s’éloignaient des réseaux sociaux à la recherche de formats de communication plus privés. Au lieu des contrôles compliqués de confidentialité du site, le service de messagerie permet de contrôler facilement et complètement où le message va, et à qui il va, qu’il s’agisse de créer des groupes de messages privés ou de diffuser des messages.

Avec 450 millions d’utilisateurs actifs, plus d’un million de nouveaux utilisateurs par jour et 72 % des utilisateurs actifs quotidiens, WhatsApp était également sur le marché comme l’un des seuls vrais concurrents de Facebook. Avec une équipe réduite de seulement 32 ingénieurs et un total de 50 employés, l’application a suivi le succès de Facebook au fil des ans. Ce tableau explique mieux que tout autre comment le service de messagerie s’est développé plus rapidement, il suffit d’y jeter un coup d’œil :

  Facebook utilise la réalité augmentée pour mettre des objets en 3D dans les photos et les vidéos

Le succès indéniable n’est pas difficile à comprendre. WhatsApp est devenu une alternative viable à la messagerie textuelle instantanée et au multimédia sans les tracas et le coût élevé de services comme les SMS et les MMS. L’envoi d’un message vidéo, photo ou vocal est aussi simple que la saisie d’un texte, et comme il utilise le réseau de données, il n’y a pas de frais supplémentaires. Comme si cela ne suffisait pas, l’application est offerte gratuitement pendant la première année d’utilisation, et coûte 99 cents par an après cette période.

Neutraliser la concurrence (et passer avant Google)

Que 19 milliards de euros d’investissement soient ou non un montant exagéré ne semble pas être le mérite de l’affaire pour Facebook. Mark Zuckerberg maintient son sens pratique sur ce point – après tout, c’est de l’argent que l’entreprise doit dépenser, qui fonctionne comme un réinvestissement dans l’entreprise et qui résout deux problèmes à la fois : il neutralise le seul service qui pourrait effectivement menacer le monopole de Facebook, et il empêche également un autre grand titan de l’internet (Google, par exemple) de faire l’achat en premier.

La semaine dernière, même Viber, un concurrent de WhatsApp, a été gagné par le Japonais Rakuten pour 900 millions de euros Facebook avait déjà perdu contre Google no la “vente aux enchères” de Waze et ne laisserait probablement pas quelques milliards l’empêcher de ramener WhatsApp chez elle (au sens figuré, puisque le siège de WhatsApp est toujours à Mountain View ?)

Société Facebook

Si l’on met de côté le désir d’intégrer des services dans le réseau social, Facebook prend progressivement des contours plus corporatifs. Le coup d’envoi a été l’achat d’Instagram, qui a maintenu le service de manière indépendante, en l’insérant simplement sous le parapluie de services et de produits de Zuckerberg.

Avec plus de services offerts aux utilisateurs, les chances de survie de Facebook en tant qu’entreprise augmentent. Alors que les réseaux sociaux vont perdre de leur dynamisme, un certain nombre d’autres produits autour de la marque sont capables de la maintenir en vie et de la faire grandir. Un exemple de la façon dont cela a été fait auparavant est celui de Google, qui est passé d’un simple moteur de recherche à une entreprise qui englobe des services de recherche, le courrier électronique, les réseaux sociaux, les documents dans le Cloud, entre autres.

  Apple veut intégrer les applications iPhone, iPad et Mac d'ici 2021

WhatsApp rejoint Facebook en tant que nouveau produit dans son portefeuille, en accord avec l’objectif de la société de “connecter les gens”, que ce soit par le biais des réseaux sociaux, de la messagerie texte (via Facebook Messenger), des photos (via Instagram), et maintenant de la messagerie instantanée (WhatsApp).

Au terme de sa première décennie, Facebook semble avoir mûri – au lieu d’essayer de développer un concurrent à partir de zéro, ou de promouvoir votre Facebook Messenger comme une alternative à WhatsApp, il a décidé d’intégrer l’initiative dans son activité, sans avoir à déranger la communauté d’utilisateurs qui existe déjà autour de la marque. C’est ainsi qu’Instagram a fonctionné, et cela semble être le plan avec WhatsApp.

Intérêts cachés : l’exploration des données

Les services tels que WhatsApp, Snapchat, Viber et autres fonctionnent en s’attaquant à quelque chose de très précieux : la vie privée des utilisateurs. S’il existe des interactions sociales sur Twitter et Facebook, la plupart des échanges de messages se font en privé, d’un utilisateur à un autre, ou d’un utilisateur à un groupe sélectionné, et non pas d’un à plusieurs, comme le suggèrent les plateformes sociales.

La gestion des options de confidentialité sur les réseaux sociaux peut également être compliquée, voire fatigante, alors que l’envoi d’un message via WhatsApp est simple et vous donne la garantie qu’il atteindra les bons destinataires sans détours. Et c’est exactement le genre d’informations dont Facebook a besoin pour affiner ses algorithmes d’affichage publicitaire.

L’exploration de données effectuée sur les contenus publiés sur les réseaux sociaux permet déjà à des entreprises comme Google et Facebook de mieux comprendre quel type de publicité montrer à chacun de leurs utilisateurs – si vous allez voyager dans un tel endroit, que diriez-vous de montrer des promotions vers cette destination ; si vous venez de changer de statut de relation, que diriez-vous de montrer quelque chose d’intéressant pour cette nouvelle phase de la vie ? Imaginez donc que ces entreprises aient accès à vos messages instantanés. L’affirmation de soi serait sans doute encore plus grande.

  Dell annonce qu'il va cesser de vendre des machines avec XP

Les défis de WhatsApp : maintenir vos principes

Dès le début, les fondateurs de WhatsApp se sont positionnés contre la publicité dans le service. Avec une réplique de Tyler Durden dans Fight Club – ?la publicité nous a fait courir après les voitures et les vêtements, travailler dans des métiers que nous détestons, afin que nous puissions acheter des choses dont nous n’avons pas besoin ? – Ils expliquent que l’intention était de créer quelque chose de bien, pas quelque chose qui pourrait être une grande machine publicitaire personnalisée. Au lieu de cela, ils parient sur la facturation de montants modestes sur une base annuelle.

Il sera intéressant de voir comment Facebook traitera l’objectif “No Ads, No Games, No Gimmicks” (“pas de publicités, pas de jeux, pas d’astuces”, en traduction libre) des fondateurs. La note ci-dessus, écrite par Brian et conservée par Jan Koum sur son bureau, résume l’objectif de la société créée par le duo. Mais seuls les 99 cents par an peuvent-ils soutenir WhatsApp ?

Dans une interview avec Bloomberg, Om Malik, fondateur de GigaOm, pense qu’il est possible de créer un modèle publicitaire pour WhatsApp qui soit intégré au service dans un format similaire à celui des postes promus dans Instagram. Kevin Systrom était également très opposé à la publicité, mais ils ont créé un format publicitaire très indigène pour Instagram, affirme-t-il. La différence est qu’Instagram n’avait pas de “manifeste” contre l’utilisation de la publicité comme l’a fait WhatsApp. Si cela se produisait réellement, ce serait pour abandonner une de leurs idéologies.

En tout cas, Mark Zuckerberg s’est engagé dans une déclaration officielle à ne pas interférer avec les opérations de WhatsApp, qui continuera à fonctionner indépendamment de celles de Facebook, en travaillant davantage comme un complément aux outils déjà offerts par la société. Nos fans sont encouragés par le fait que, comme pour Instagram, l’acquisition par Facebook ne fait que donner plus de souffle au service.

A propos de l'auteur

Bernard

Actuellement responsable informatique dans une PME, je bosse dans le domaine depuis une vingtaine d'année maintenant. Fan inconditionnel de DBZ, et de la triologie Die Hard. #teamWindows sur Perlmol !

Laisser un commentaire