Sécurité

Microsoft se plaint que les gouvernements “collectionnent” les failles de sécurité de Windows

Au milieu de la propagation de WannaCry, Microsoft a publié ce dimanche (14) un texte critiquant les gouvernements qui trouvent des failles dans la sécurité des logiciels et n’informent pas les développeurs. En août 2016, un groupe de hackers a divulgué des outils d’espionnage secrets de la NSA, parmi lesquels la vulnérabilité utilisée par les rançons pour se propager.

Selon Microsoft, l’attaque “fournit un autre exemple de la façon dont le stockage des vulnérabilités par les gouvernements est un problème”, car, à plusieurs reprises, des “exploits entre les mains des gouvernements ont été divulgués au public et ont causé des dommages considérables”. En plus de la NSA, des documents de la CIA ont été divulgués par Wikileaks, l’un d’eux détaillant Grasshopper, un outil utilisé par l’agence pour créer des logiciels malveillants pour Windows.

L’attaque de WannaCry a été comparée par Microsoft au vol d’une bombe. Un scénario équivalent avec les armes conventionnelles serait que l’armée américaine se fasse voler certains de ses missiles Tomahawk”, a déclaré la société.

  Ce malware utilise la même vulnérabilité que WannaCry pour gagner de l'argent

L’un des plus touchés par les rançons était une agence gouvernementale, le National Health Service (NHS), le système de santé publique du Royaume-Uni. Le vendredi (12), lorsque WannaCry a commencé à attaquer, les ordinateurs du NHS ont été infectés et les médecins n’ont pas pu accéder aux dossiers des patients. Les consultations non urgentes ont dû être reprogrammées et les ambulances ont été redirigées vers d’autres hôpitaux.

Aujourd’hui, Microsoft tente d’utiliser une convention numérique de Genève pour amener les gouvernements à signaler les failles de sécurité aux développeurs au lieu de stocker, vendre ou exploiter les vulnérabilités. Je ne pense pas que ce soit exactement dans l’intérêt des services de renseignement.

A propos de l'auteur

Véronique

La trentaine, maman de deux petits monstres de 10 ans. Je pèse chaque jour le pour et le contre dans l'utilisation des écrans pour mes bambins !
J'écris souvent depuis les transports en commun (#teamTablette).

Laisser un commentaire