Internet

Facebook et Instagram paient les utilisateurs pour désactiver leur compte américain

Facebook veut comprendre l’impact de leurs réseaux sociaux (Facebook et Instagram) sur les élections. Pour ce faire, l’entreprise mène une enquête avec des stratégies très différentes. Aux États-Unis, ils paient les utilisateurs pour qu’ils désactivent leurs comptes réseau avant l’élection présidentielle prévue en novembre.

Elizabeth Dwoskin, journaliste au Washington Post, a publié sur son compte Twitter quelques images de l’approche de Facebook et des valeurs proposées : la personne peut garder son profil désactivé pendant une semaine ou plus (jusqu’à six semaines) et les valeurs pour cela varient entre 10 et 20 euros.

L’inactivation commence à la fin de ce mois et, selon Facebook, après les élections de novembre, le membre devra répondre à un questionnaire.

Toute personne qui choisit de participer ? soit en répondant à des enquêtes, soit en désactivant Facebook ou Instagram pendant un certain temps. C’est assez normal pour ce type d’enquête”, a déclaré Liz Bourgeous, porte-parole de la société.

  Google pour vous aider à trouver un emploi

Le 31 août, la société de Mark Zuckerberg a publié une déclaration dans laquelle elle a déclaré qu’elle allait lancer une enquête pour analyser l’impact de Facebook et Instagram sur la démocratie.

Nous annonçons un nouveau partenariat de recherche pour mieux comprendre l’impact de Facebook et Instagram sur les attitudes et comportements politiques clés lors des élections américaines de 2020″, indique la déclaration.

Nous avons besoin de recherches plus objectives, impartiales et empiriques. Nous devons mieux comprendre si les médias sociaux nous rendent plus polarisés en tant que société ou s’ils reflètent largement les divisions qui existent déjà.

Le géant espère qu’entre 200 000 et 400 000 personnes pourront participer à l’étude d’ici les élections de cette année. Toujours selon cette déclaration, l’utilisateur peut être invité à “participer à des enquêtes”, “voir une expérience différente des produits de l’entreprise”, entre autres. L’entreprise ne doit pas divulguer les résultats de l’étude.

A propos de l'auteur

Véronique

Véronique

La trentaine, maman de deux petits monstres de 10 ans. Je pèse chaque jour le pour et le contre dans l'utilisation des écrans pour mes bambins !
J'écris souvent depuis les transports en commun (#teamTablette).

Laisser un commentaire