Internet

Google pourrait lancer une version censurée du moteur de recherche en Chine

Alors qu’elles s’approchent du toit de la base d’utilisateurs dans la plupart des régions du monde, les grandes entreprises technologiques se tournent vers la Chine. Google, par exemple, a l’intention de revenir dans le pays après huit ans, même avec la censure du gouvernement.

En vue du marché potentiel, l’entreprise est prête à suivre les ordres du gouvernement chinois et à offrir une version limitée de son moteur de recherche. La proposition prévoit le blocage de certains sites web et termes liés à des sujets tels que les droits de l’homme, la démocratie et la religion.

Les informations proviennent de The Intercept, qui avait accès à des documents sensibles de Google. Ils s’occupent de DragonFly, comme on appelle le projet de développement d’une version du moteur de recherche pour Android destinée au pays asiatique.

Il a pris une bouffée d’air frais à la fin de l’année dernière après une rencontre entre le PDG de Google, Sundar Pichai, et Wang Huning, l’un des dirigeants du Parti communiste chinois et conseiller du président Xi Jinping pour les questions de politique étrangère.

  Le programme de chat Facebook pour Windows est à l'essai

La version alternative du moteur de recherche a déjà été présentée au gouvernement chinois et, si elle est approuvée, peut être diffusée dans un délai de six à neuf mois. Avec elle, l’entreprise remplirait les obligations établies par le gouvernement.

La principale consiste à restreindre l’accès aux pages interdites. Il s’agit de certains sites web d’opposants politiques, d’études et d’informations universitaires, en plus de ceux qui traitent de sujets tels que le sexe et la liberté d’expression.

Ces pages seraient retirées des recherches conventionnelles et des recherches d’images, des suggestions de recherche et des vérifications orthographiques. Au lieu de les afficher, Google affichera un avertissement indiquant que “certains résultats peuvent avoir été supprimés en raison d’exigences légales.

L’obstacle serait similaire à celui établi pour Weibo, le plus grand réseau social du pays. La plate-forme, par exemple, ne peut pas faire référence à des livres qui remettent en question les gouvernements autoritaires, comme 1984 et The Animal Revolution de George Orwell. Une des raisons de son leadership est l’absence de réseaux tels que Instagram, Facebook et Twitter, qui sont également bloqués par le gouvernement.

  Facebook conclut un accord de confidentialité avec le gouvernement américain

Il n’est pas encore clair si Google publiera une version censurée du moteur de recherche de bureau. L’objectif initial est de diffuser l’application sur Android. Après tout, le système d’exploitation représente 80 % du marché chinois.

Toujours selon o The Intercept, la transaction doit être effectuée sous la forme d’une coentreprise avec une société basée en Chine. Toutefois, la plupart des travaux sont déjà effectués dans les bureaux de l’entreprise à Mountain View, en Californie.

Depuis 2010, Google n’est plus accessible aux utilisateurs en Chine grâce à ce que l’on appelle le grand pare-feu. Après avoir subi plusieurs critiques aux États-Unis, l’entreprise a décidé de ne plus offrir ses services dans ce pays. À l’époque, l’entreprise a invoqué les actions du gouvernement chinois pour justifier son action.

La situation semble avoir changé après l’arrivée de Pichai à la tête de la société. Pour le dirigeant, le pays de 750 millions d’utilisateurs peut contribuer à une augmentation significative des revenus.

  Google interdit à ses employés d'utiliser Windows

A propos de l'auteur

Zineb

Enseignante en lycée, je m'intéresse à tout ce qui touche aux nouvelles technologies. #teamMac sur PerlmOl (je ne me sépare d'ailleurs jamais non plus de mon Iphone).

Laisser un commentaire