Mobile

10 échecs technologiques majeurs au cours des dernières années

De 2005 à 2015, beaucoup de choses se sont passées sur le marché de la technologie. L’essor des réseaux sociaux, la popularisation des smartphones et des connexions plus rapides sont quelques-uns des faits que nous soulignons parmi les technologies qui ont révolutionné le monde au cours des dix dernières années. Mais il y a bien sûr le revers de la médaille : les technologies qui ont échoué. Combien en connaissez-vous ?

Pour célébrer le 10e anniversaire de PerlmOl, découvrez les 10 plus grandes défaillances technologiques de ces 10 dernières années :

1. Windows Vista

En novembre 2006, Microsoft a finalisé le développement de Windows Vista. Windows n’avait pas gagné de nouvelles versions depuis cinq ans : XP, qui régnait sur les ordinateurs de bureau, avait reçu quelques paquets pour améliorer la sécurité (à l’époque, Microsoft les appelait Service Packs), mais le système d’exploitation restait essentiellement le même. Par conséquent, Vista était très attendu par les utilisateurs.

Mais après tant d’années sans changement dans Windows, les ordinateurs ont aussi fini par s’arrêter à temps. Je suis sûr que vous avez utilisé, pendant de nombreuses années, une machine avec 128 Mo ou 256 Mo de RAM. Lorsque Windows Vista est arrivé et a nécessité 1 Go de mémoire pour fonctionner de façon décente, les ordinateurs de bureau n’étaient tout simplement pas prêts.

Il en est résulté un système d’exploitation extrêmement lourd et lent. Les nombreux effets visuels de transparence et d’ombres (nostalgie, Aéro !) ne gênaient que les pauvres machines avec des cartes vidéo embarquées peu performantes. Un tas de services étaient chargés au moment du démarrage, ce qui rendait le démarrage très long. Et le fait que de nombreux composants matériels étaient anciens a encore entravé la migration, car ils n’étaient pas compatibles avec Vista.

Steve Ballmer a lui-même révélé que Windows Vista était l’un de ses plus grands regrets alors qu’il était en charge de Microsoft.

2. Google Wave

Google Wave a été le plus grand phénomène de 2009 ! Je veux dire, au moins en ce qui concerne le battage médiatique. Tout le monde voulait une invitation exclusive à rejoindre Google Wave, l’outil de communication innovant de Google, l’entreprise technologique la plus en vue de la dernière décennie, qui promettait de faire du courrier électronique une technologie obsolète ? et il n’était pas trop difficile de croire Google, puisqu’il avait révolutionné le courrier électronique. En septembre 2009, seuls 100 000 utilisateurs pouvaient essayer ce truc.

Il était si avancé, mais si avancé que personne ne savait comment l’utiliser. La plate-forme comportait des fonctionnalités qui réunissaient le courrier électronique, la messagerie instantanée, les réseaux sociaux et l’encyclopédie collaborative. En d’autres termes, Google Wave était essentiellement un canard, qui a tout fait, mais n’a rien fait de bien.

Dans les “vagues”, comme on appelait les conversations, vous pouviez mettre des widgets et recevoir des réponses en temps réel, qui apparaissaient comme par magie sur l’écran, sans que vous ayez à faire quoi que ce soit. Nous sommes dans l’avenir ! C’est-à-dire que si vous aviez un ordinateur, une connexion et un navigateur assez rapide pour que Google Wave ne plante pas tout le temps. On peut y jouer au sudoku et même aux échecs.

En août 2010, un an seulement après le lancement de Google Wave, le service est mort. Aujourd’hui, la technologie de Wave est développée par l’Apache Software Foundation et est encore moins pertinente qu’à l’époque.

3. zune

Avant les iPhones et les iPads, le gadget “magique” d’Apple était l’iPod. La société de Steve Jobs a gagné beaucoup d’argent avec ses lecteurs et en vendant des albums numériques sur l’iTunes Music Store. Bien sûr, leur principal rival, Microsoft, voulait prendre une part de ce marché en pleine croissance. La réponse a été Zune, qui n’a jamais obtenu une part du marché en question, n’a même jamais donné à France e elle a survécu jusqu’en 2012.

Le premier Zune est sorti en novembre 2006, il avait une HD de 30 Go et un contrôle directionnel pour naviguer dans la musique, les vidéos, les photos et les podcasts (le préfixe “pod” n’est pas une simple coïncidence). Puis sont venus les modèles compacts à mémoire flash (4 Go, 8 Go ou 16 Go) pour concurrencer l’iPod nano, et les Zunes avec des disques durs de 80 Go et 120 Go. Lele plus cool de tous a été le Zune HD, sorti en 2009, avec un langage visuel qui a servi d’inspiration pour le Windows Phone.

  Windows ne vous laissera pas cacher une suggestion d'utilisation de Microsoft Edge

Zune n’était pas un mauvais joueur, mais il n’apportait rien de nouveau, et l’iPod était déjà bien avancé au moment où Microsoft a agi. Toute sortie de Zune était une réponse à ce qui était déjà sur le marché. Les ventes ont même été passionnantes à certains moments, lorsque Zune a atteint une tranche de 10%, mais elles n’ont pas tenu longtemps. Au premier semestre 2009, Zune avait une part de marché de 2 %, une honte pour un géant comme Microsoft.

Qui se souvient de la casquette antivol de l’iPod qui imitait le Zune ?

4. HD-DVD

Vous vous souvenez de l’époque où nous utilisions les médias physiques pour consommer de la musique et des films ? La dernière décennie, le combat a été de voir qui remplacerait le DVD, qui avait une résolution limitée et ne montrait plus la qualité des nouveaux téléviseurs avec des résolutions 720p et 1080p. Deux médias se sont distingués : le Blu-ray (soutenu par Sony, LG, Samsung, Panasonic et d’autres) et le HD-DVD (soutenu par Toshiba, Microsoft, Intel et d’autres).

Les deux technologies utilisent un disque de la taille d’un DVD, mais présentent des différences importantes à l’intérieur et sont incompatibles entre elles. Le Blu-ray supportait 25 Go par couche, tandis que le HD-DVD était limité à 15 Go par couche. En outre, les Blu-ray stockent les données plus près de la surface, ce qui les rend plus sensibles aux pertes de données en cas de rayures, ce qui incite les fabricants à investir dans des couches de protection plus sûres.

Les lecteurs Blu-ray et HD-DVD sont apparus en 2006, et parmi les lecteurs Blu-ray se trouvait la PlayStation 3, qui rendait la vie encore plus compliquée (la Xbox 360 avait même un lecteur HD-DVD externe, qui s’est vendu à seulement 300 000 exemplaires). En février 2008, alors que la plupart des studios s’étaient déjà décidés pour le Blu-ray, Toshiba a annoncé qu’il arrêterait le développement des lecteurs et des médias HD-DVD. Fin de la guerre.

5. Téléphone Facebook

Pendant longtemps, à la mi-2012, on a spéculé sur le fait que Facebook lancerait son propre smartphone, fabriqué en partenariat avec HTC. Les rumeurs ont été confirmées en avril 2013, lorsque le “Facebook Phone” et le “nbsp” ont été lancés aux États-Unis sous le nom de HTC First. Le smartphone était entièrement centré sur le réseau social de Mark Zuckerberg et disposait même d’un lanceur modifié pour afficher le contenu de Facebook.

De toute évidence, le programme HTC First n’a pas fonctionné. En plus d’être fabriqué par une société à responsabilité limitée comme HTC, l’appareil n’avait rien d’intéressant. Ses paramètres matériels étaient moyens, avec un écran de 4,3 pouces (1280×720 pixels), 1 Go de RAM et une caméra arrière de 5 mégapixels. Et c’était très cher : il a coûté 99,99 euros) dans le contrat de deux ans avec l’opérateur AT&T.

Même si vous vouliez utiliser la seule chose que HTC First avait de différent, le lanceur, vous n’auriez pas à acheter le smartphone Facebook: il était possible d’installer Facebook Home sur un certain nombre d’autres appareils Android. Mais comme il n’était pas très fonctionnel et trop lourd, je doute que vous soyez vraiment disposé à utiliser le logiciel envahissant de Facebook.

En mai 2013, un mois seulement après le lancement, le prix de HTC First est tombé de 99,99 € à 0,99 € dans le contrat.

6. Téléphone Amazon Fire

Autre échec de la décennie, l’Amazon Fire Phone, aussi spéculé que le smartphone de Facebook : les rumeurs sur le propre appareil de Jeff Bezos ont commencé en 2011. Lorsqu’il est finalement arrivé sur le marché en juin 2014, le smartphone n’a pas suscité l’enthousiasme. Fonctionnant sur un Android très modifié, il était centré sur l’écosystème d’Amazon ? il avait une fonction qui identifiait les codes barres, les livres, les CD, les DVD et les jeux à l’aide de l’appareil photo du smartphone (évidemment avec un joli bouton “Acheter” dirigeant l’utilisateur vers Amazon).

  Windows Live Messenger cessera de fonctionner en mars

Tout comme pour le téléphone Facebook, rien ne justifiait l’achat du Fire Phone, encore moins pour le prix pratiqué par Amazon : il coûtait entre 649 et 749 euros) US, selon la capacité de stockage (soit la même que pour un iPhone). Son grand différentiel était les quatre caméras frontales (cinq, en comptant la caméra frontale pour les selfies), utilisées pour créer un événement dynamique en perspective dans l’interface 3D. C’est-à-dire une parfumerie inutile.

En août 2014, les statistiques indiquaient que pas plus de 35 000 Fire Phones avaient été vendus aux États-Unis (il est impossible d’en connaître le nombre exact, car Amazon ne publie jamais ses chiffres de vente). Le fait est qu’en septembre 2015, Amazon a officialisé l’échec de l’e smartphone, a cessé de le vendre après des baisses de prix successives, coûtant 0,99 € en contrat chez AT&T.

7. Cuil

Beaucoup ont tenté sans succès de renverser l’hégémonie de Google en matière de recherche, mais Cuil mérite d’être mentionné pour avoir créé une énorme agitation au moment de sa sortie en juillet 2008. Disponible en huit langues, dont le portugais, la Cuil a reçu 33 millions de euros) d’investissements pour financer l’ensemble de la centrale électrique de Mountain View, ce qui en fait l’une des start-up les plus réussies de cette année-là.

À en juger par les promesses, il n’était pas possible que Cuil soit mauvais. Ils avaient de bons employés : le PDG et co-fondateur, Tom Costello, avait déjà travaillé chez IBM ; de plus, le moteur de recherche a été créé et géré par d’anciens employés de Google. Pour finir, la base de données était gigantesque, avec 121,6 milliards de pages indexées, plus que tout autre moteur de recherche. Vous en voulez plus ? Cuil a promis de ne pas stocker les informations personnelles des utilisateurs, telles que les recherches et les numéros IP.

Mais c’était le cas. Dès sa sortie, Cuil a été très lent, a fourni de mauvais résultats et a placé des pages non pertinentes en tête des recherches, alors qu’il avait juré de disposer de la plus grande base de données. Ils ont même mis le nombre de pages indexées sous le champ de recherche, pour que tout le monde puisse les voir (à la sortie, il était de 121 617 892 992). Le temps a passé, le chercheur a souffert du silence et est mort en septembre 2010.

8. BlackBerry

Avec l’arrivée des iPhones et des appareils Android, le BlackBerry a perdu toute pertinence sur le marché des smartphones, étant incapable de suivre l’évolution du marché et de fournir ce que le consommateur voulait. Le problème a commencé dans le conseil d’administration lui-même : lorsqu’il s’appelait encore Research In Motion, le fabricant canadien avait deux PDG (oui, en même temps), une structure très critiquée.

Au cours de la dernière décennie, BlackBerry a lancé une série de produits ratés, qui semblaient même être de bonnes idées, mais qui étaient fondamentalement mauvais. PlayBook, par exemple, était une tablette de 7 pouces, chère pour ce qu’elle offrait, sans une autonomie de batterie excitante et un magasin d’applications de qualité inférieure ? elle permettait également de faire fonctionner des applications Android envoyées à BlackBerry App World, mais la sélection était limitée. La première version de PlayBook OS n’avait même pas d’applications natives de messagerie et de calendrier.

BlackBerry OS 10 serait une mise à niveau majeure du système d’exploitation mobile de la société, mais il a été retardé plusieurs fois au moment où BlackBerry faisait des pertes millionnaires et licenciait des employés. Comme vous le savez, BlackBerry OS est arrivé trop tard, n’a pas fonctionné et détient actuellement une part de marché non pertinente sur le marché des smartphones : au deuxième trimestre 2015, il a pris 0,3% des ventes, selon IDC.

Le BlackBerry, qui a atteint 20 % du marché des smartphones et vaut 83 milliards de euros), enregistre actuellement des pertes plus élevées chaque trimestre et une valeur marchande négligeable de 3,98 milliards de euros).

  Comment installer Windows 7 à partir de la clé de démarrage

9. Zeebo

La proposition de Zeebo était cool : une console au service de la classe moyenne française. Elle présentait de nombreux attraits pour ceux qui ne pouvaient pas dépenser beaucoup d’argent en jeux vidéo : les jeux étaient relativement bon marché et il n’était pas nécessaire d’avoir internet à la maison, puisque Zeebo comprenait ZeeboNet, un réseau 3G fourni gratuitement par Claro pour télécharger les jeux. Il n’y avait pas de lecteur de médias physique : tous les jeux étaient distribués sous forme numérique.

Zeebo était une console fabriquée par Tectoy en partenariat avec Qualcomm ? en fait, le matériel était très similaire à celui d’un smartphone, et la plupart des jeux étaient composés de versions mobiles adaptées. Trois jeux me sont venus à l’esprit : FIFA 2009, Need for Speed Carbon et Brain Training. Les nouveaux titres coûtaient entre 9,90 et 29,90 et pouvaient être achetés avec des Z-Credits, qui étaient achetés par carte de crédit, par bulletin de banque, par débit de compte et par des lan houses.

Au moment du lancement, en mai 2009, Zeebo coûtait 499, mais son prix a rapidement été réduit à 399 en septembre et à 299 en novembre de la même année. Avec deux ans d’existence, Zeebo a annoncé en mai 2011 la fermeture de ses activités en France, ayant peu de titres dans le catalogue. It a vendu 30 000 unités, soit 20 fois moins que prévu par Tectoy, ce qui a contribué à enfoncer davantage la société endettée. Pas cette fois-ci.

10. Téléphone Windows

O Zune Windows Phone n’était pas un lecteur mauvais système d’exploitation, mais il n’apportait rien d’innovant, et LeiPod iOS et Android déjà était étaient bien en avance au moment où Microsoft a agi. Toute sortie de Zune Windows Phone était une réponse à ce qui existait déjà sur le marché. Les ventes ont même été passionnantes à certains moments, lorsque le Zune Windows Phone a atteint une part de 10% 9% en France, mais elles n’ont pas tenu longtemps. Au premier semestre 2009, troisième trimestre 2015, le Zune Windows Phone avait 2% 1,6% de part de marché, une honte pour un géant comme Microsoft.

Lancé en novembre 2010, Windows Phone n’a pas réussi à attirer l’attention, même avec tout l’argent de Microsoft et sa position de leader sur les ordinateurs de bureau. Android a continué à dominer le marché, avec plus de 80 % de part de marché, mais les fabricants sont en perte de vitesse : même Samsung, le seul à réaliser des bénéfices importants en vendant des smartphones avec Android, voit ses ventes chuter chaque année. iOS génère des bénéfices records pour Apple, bien que sa part soit plus modeste (13,5 %). Windows Phone a rejoint le pire des deux mondes : il n’a pas obtenu de part de marché pour l’e, ni fait de profit.

Au début, Windows Phone a reçu le soutien de plusieurs fabricants, dont Samsung, LG, Dell, HTC, Huawei, Acer et Nokia, mais seul ce dernier a fini par investir dans la plateforme, car il avait conclu un accord exclusif avec Microsoft pour utiliser Windows Phone dans tous les smartphones. Nokia, qui était déjà en difficulté après avoir perdu des parts de marché au profit de nouveaux concurrents d’Android, en particulier Samsung, a vu sa valeur de marché s’effondrer et a fini par être racheté par Microsoft en 2014 pour 7,6 milliards de euros), une affaire proche des plus de 200 milliards de euros) qu’il valait au début de la dernière décennie.

Bien qu’il ait atteint un public fidèle en Europe et dans les pays émergents, dont la France, Windows Phone n’a pas attiré l’attention des entreprises et des services, qui ont continué à privilégier les deux principales plates-formes du marché, tant pour le lancement de nouvelles applications que pour la maintenance des applications existantes… Windows Phone recevait constamment des nouvelles après les concurrents, quand il en recevait. Les trous dans l’application store ont été bouchés par des développeurs indépendants, lorsque cela était possible. Dans son successeur, Windows 10 Mobile, Microsoft tente de convaincre les utilisateurs avec un système unifié et la prise en charge des applications migrées depuis Android et iOS.

Ce billet s’inscrit dans le cadre des célébrations du 10e anniversaire de PerlmOl.

A propos de l'auteur

Ronan

Le Breton de l'équipe ! Développeur back-end dans une startup française. Internet des objets, domotiques, mes sujets de prédilection sont vastes. #teamLinux sur PerlmOl

Laisser un commentaire