Mobile

Apple interdit la vente de contenu en dehors de l’App Store

Lorsqu’un enfant possède un jouet, il pose généralement certaines exigences lorsqu’il le prête à des amis. C’est le fameux “la balle est à moi, je dois donc jouer”. (même si c’est une jambe de bois sans précédent dans le monde du football). Apple suit un chemin similaire, selon les informations recueillies par le New York Times.

L’entreprise, qui est actuellement dirigée par Tim Cook (Jobs est en congé maladie, comme vous le savez bien, mais en amélioration, selon Steve Wozniak lui-même), a déclaré non à une application de lecture de livres électroniques produite par Sony. La raison de ce blocage n’en est qu’une : Apple ne se soucie plus des magasins de livres électroniques concurrents sur ses appareils.

Dans une interview au journal, le président de la division de la lecture numérique a déclaré que Sony a été avisé de ne pas inclure son propre magasin dans l’application du Sony Reader. En d’autres termes, il est interdit de vendre son propre contenu. Il en va de même pour les achats effectués sur d’autres plateformes, le contenu étant livré sur des appareils Apple.

  MacOS Catalina décrète la fin d'iTunes et utilise l'iPad comme second écran

C’est l’Amazone qui doit être très vigilante. La société dispose actuellement d’une application de lecture de livres électroniques qui se connecte au magasin du Kindle. L’utilisateur fait ses achats sur le site d’Amazon, par exemple, et les livres électroniques se retrouvent automatiquement sur les gadgets (tous, y compris l’iPhone).

Propriétaire de App Store, Apple souhaite que tous les achats effectués sur les applications iOS passent par votre écran. Si Sony acceptait de vendre des livres électroniques sur l’App Store (comme les achats dans les applications, ce qui est possible depuis longtemps), peut-être que le logiciel ne serait pas censuré.

Si Apple a essayé de se positionner plus ouvertement par rapport à son écosystème, ce “non” de Sony montre que certains concepts ont été revus. Qui perd avec elle ? L’utilisateur, bien sûr, qui a moins de choix. Et qui gagne ? Apple, qui empochera quelques centimes de plus à chaque achat sur l’App Store.

Mise à jour à 16h16 :

  Selon Tim Cook, Apple est payée pour décider pour les clients

Le lecteur Wesley a souligné dans les commentaires de ce post qu’Apple a répondu à Sony. La société a déclaré  ce qui suit : “Nous demandons maintenant que si une application offre aux consommateurs la possibilité d’acheter des livres en dehors de l’application, cette même possibilité soit également offerte aux consommateurs de l’application par le biais d’achats dans l’application”.

A propos de l'auteur

Zineb

Zineb

Enseignante en lycée, je m'intéresse à tout ce qui touche aux nouvelles technologies. #teamMac sur PerlmOl (je ne me sépare d'ailleurs jamais non plus de mon Iphone).

Laisser un commentaire