Mobile

Les 10 téléphones portables les plus remarquables de ces dernières années

Chaque jour, quelque part dans le monde, une entreprise met un nouveau téléphone portable sur le marché. Mais certains appareils sont marqués dans l’histoire, soit par le montant impressionnant des ventes, soit par la capacité à influencer tous les produits qui ont suivi.

Au cours des dix dernières années, nous avons vu le marché de la téléphonie mobile changer radicalement avec la popularisation des smartphones, un appareil électronique qui était réservé à une petite niche de personnes, mais qui est maintenant essentiel pour beaucoup d’entre nous. Certains fabricants ont émergé, d’autres sont morts, d’autres encore ont traversé des phases difficiles et ont réussi à se rétablir.

Pour célébrer les 10 ans de vie du “PerlmOl”, découvrez les 10 téléphones portables les plus marquants de ces 10 dernières années :

1. Motorola Moto G (2013)

La première génération du Moto G n’a pas été une surprise avec son matériel puissant, son appareil photo impressionnant ou sa finition haut de gamme. Il n’avait rien de tout cela. Mais c’était le premier smartphone à offrir une expérience utilisateur Android décente et gratuite. Avant le lancement de Motorola, quiconque n’avait pas plus de 1 000 euros pour acheter un smartphone devait vivre avec des appareils lents, pleins d’applications inutiles préinstallées et d’écrans de mauvaise qualité.

Le Moto G a changé cela en offrant un excellent écran de 4,5 pouces avec une résolution de 1280×720 pixels, un processeur quad-core, 1 Go de RAM et 8 Go de stockage interne pour 649 réaux. Tout cela à une époque où, pour le même prix, les concurrents proposaient de terribles écrans de 480×320 pixels, 512 Mo de mémoire (pas assez pour Android) et très peu d’espace pour stocker des fichiers. L’achat d’un microSD était pratiquement obligatoire.

Il n’est plus le roi de la rentabilité : le Moto G de troisième génération est cher par rapport à ses pairs, en partie à cause de la crise économique et du fait que Motorola essaie toujours de devenir rentable. Malgré cela, l’émergence du premier Moto G a été la clé qui a permis d’avoir aujourd’hui un bon smartphone même avec peu d’argent en poche.

2. iPhone d’Apple (2007)

Lorsque Steve Jobs a lancé l’iPhone en janvier 2007, beaucoup doutaient qu’Apple réussisse sur le marché des smartphones. Il n’avait même pas de clavier physique, la caméra de 2 mégapixels se trouvait derrière des appareils beaucoup plus accessibles et le système d’exploitation était si limité qu’il ne permettait même pas de copier et de coller du texte. Qui paierait 500 euros pour taper en touchant l’écran sans même pouvoir écouter la radio FM ?

Il serait impossible pour le téléphone jouet d’Apple d’utiliser le puissant BlackBerry et les élégants téléphones finlandais avec Symbian. Steve Ballmer pour le dire. L’iPhone était totalement fermé, il n’y avait pas de slot d’extension. Il serait beaucoup plus intelligent d’investir tout cet argent dans un Pocket PC.

Le temps a montré que l’iPhone n’a pas seulement été un succès commercial, mais qu’il a également influencé toute une génération de smartphones qui allaient s’imposer. Si l’iPhone n’était pas apparu, le développement d’Android serait probablement encore influencé par le BlackBerry. Et vous seriez en train de lire cet article sur votre écran de 3 pouces, puis d’écrire un commentaire avec votre confortable clavier QWERTY coulissant. Ou votre stylet.

  À quoi servent les lecteurs de disquettes ? Faire de la musique (vidéo)

3. Samsung Galaxy Note (2011)

En 2011, beaucoup ont trouvé le smartphone 5,3 pouces de Samsung absurde (et même bizarre), y compris celui qui vous écrit. La Note de la galaxie est apparue à une époque où les smartphones avaient des écrans de 4 pouces ou moins et où certains fabricants ont même parié sur des téléphones plus compacts, alors que la miniaturisation était à plein régime. Qui se souvient du Sony Ericsson Xperia X10 mini avec écran de 2,5 pouces ?

Le fait est que Galaxy Note a ouvert une nouvelle catégorie de smartphones, qui aujourd’hui n’est pas une “nouvelle” catégorie, mais la catégorie standard. À quelques exceptions près, comme les iPhones et la gamme Compact de Sony, il n’existe plus d’écrans haut de gamme de moins de 5 pouces. Voir Galaxie S6 (5,1 pouces), G4 (5,5 pouces) et Moto X Style (5,7 pouces). Même Apple, qui avait l’habitude de dicter les tendances, a cédé à la demande du marché en lançant des iPhones 5,5″.

Et regardez, dans l’ancienne version 2011, l’écran de Galaxy S II semblait assez exagéré. Il avait un écran de 4,3 pouces. Comment le monde change, hein ?

4. Nokia 808 PureView (2012)

Un capteur d’appareil photo si grand qu’il a créé un calombo à l’arrière du téléphone portable. Il s’agit du Nokia 808 PureView, un Symbian qui a élevé le niveau des caméras en capturant des images très détaillées grâce au capteur de 41 mégapixels. À ce jour, c’est la résolution la plus élevée qu’un téléphone portable ait jamais atteint, avec le Lumia 1020, avec Windows Phone, qui a la même résolution, mais apporte un capteur légèrement plus petit.

Avec son flash au xénon et ses objectifs Carl Zeiss f/2.4, le Nokia 808 PureView a été un désastre pour les smartphones, mais il a été l’un des premiers à prendre des photos décentes dans des situations nocturnes. Elle permettait également au photographe de voir clairement les objets éloignés de lui. En mode PureView, qui réduit les photos à 8 mégapixels, il n’y avait pratiquement pas de bruit et il était possible de zoomer numériquement sans perte de qualité car l’image était recadrée et non étirée.

Le Nokia 808 PureView a été une étape importante, non seulement parce qu’il possédait un appareil photo bien au-dessus de la moyenne, mais aussi parce qu’il était le dernier téléphone portable de l’histoire avec le système d’exploitation Symbian. Reposez en paix.

5. BlackBerry Pearl 8100 (2006)

Le BlackBerry Pearl 8100 a été l’un des premiers smartphones BlackBerry à séduire le consommateur final. Elle est apparue en 2006, à une époque où l’entreprise était en plein essor et où avoir un BlackBerry était quelque chose de cool ? et synonyme de prestige, car la marque était constamment attribuée au public des entreprises, en particulier aux cadres occupés qui pouvaient lire leurs e-mails n’importe où.

Le design iconique du BlackBerry, avec deux lettres par touche, est né sur le BlackBerry Pearl 8100. Au centre, un cercle voyant, appelé Trackball, était la méthode de saisie utilisée pour naviguer dans l’interface du système d’exploitation du BlackBerry, qui fonctionnait avec un processeur Intel de 312 MHz et un écran de 2,2 pouces. C’était le premier téléphone mobile BlackBerry équipé d’un appareil photo : il était capable de prendre des photos de 1,3 mégapixels, rien de bien excitant.

  TIM ravive l'esprit d'AOL : 3G seulement avec des plans limités en heures

Comme toute ligne de téléphone portable au cours de la dernière décennie, le BlackBerry Pearl a gagné un certain nombre de variantes, telles que les 8110, 8120 et 8130, qui étaient compatibles avec différentes technologies de réseau à une époque où le monde était divisé entre le GSM et le CDMA. Pearl a ouvert la voie à Curve, une ligne qui est devenue extrêmement populaire, même en France, en raison de son prix abordable par rapport aux autres appareils de la marque.

6. Motorola Rokr E1 (2005)

Lancé en septembre 2005, le Rokr E1 a été la première tentative d’Apple sur le marché des téléphones portables et peut être considéré comme le père de l’iPhone. Elle avait comme différentiel l’intégration avec iTunes Music Store. Comme Motorola était une référence en matière d’innovation sur le marché des téléphones portables (qui ne voulait pas d’un V3 ?) et qu’Apple remportait un énorme succès avec les iPods, il était logique de réunir les deux.

De toute évidence, le Rokr E1 n’a pas fonctionné, en raison de plusieurs facteurs. L’une des limites est que le téléphone portable ne transportait que 100 chansons à la fois, et que le transfert de fichiers était très lent, car l’appareil n’avait pas de support USB haut débit. C’est avec le Rokr E1 qu’Apple a réalisé qu’elle devait produire son propre téléphone portable, car les autres fabricants ne voulaient pas travailler comme elle le souhaitait.

Rokr E1 n’était en fait guère plus qu’un E398 redessiné. Le E398, différent du téléphone portable fabriqué en partenariat avec Apple, a connu un grand succès en France grâce à ses caractéristiques attrayantes, comme l’écran couleur, une caméra arrière avec flash LED et des sonneries MP3. Parce que les sonneries monophoniques et polyphoniques appartiennent au passé.

7. Etape importante pour Motorola (2009)

Google doit beaucoup à Motorola pour le succès d’Android. Le jalon est arrivé en novembre 2009 et a constitué une étape importante pour la plateforme : il était considéré par beaucoup comme le meilleur smartphone Android jamais sorti jusqu’à ce moment. Le résultat ? Un succès total : les estimations font état de 1,05 million d’unités vendues en 74 jours, soit plus que la première génération de l’iPhone.

Milestone a attiré l’attention sur le design sobre, la bonne qualité de fabrication et le clavier QWERTY coulissant. Le matériel, immaculé pour l’époque, se composait d’un processeur de 600 MHz, de 256 Mo de RAM, de 133 Mo de stockage interne (mais un microSD de 8 Go était inclus dans la boîte), d’un écran de 3,7 pouces (480×854 pixels) et d’une caméra arrière de 5 mégapixels.

Malgré son succès commercial, Milestone a été l’un des premiers smartphones à marquer négativement l’image de Motorola en raison de l’abandon rapide des logiciels : sorti avec Android 2.0 Eclair, il n’a reçu que des mises à jour jusqu’à Android 2.2.2 Froyo en mars 2011. Cette caractéristique de Motorola s’est étendue à plusieurs autres smartphones de la société, qui a dû changer de stratégie trois ans plus tard avec la ligne Moto.

8. Samsung Galaxy S (2010)

Le Galaxy S a été le premier vaisseau amiral Android de Samsung, le plus grand partenaire Android aujourd’hui. Avec plus de 25 millions d’unités vendues, il a été l’un des pivots de la lutte sans fin pour les brevets entre Apple et Samsung, pour avoir un design très similaire aux iPhones, avec un boîtier rectangulaire aux coins arrondis et un bouton de démarrage au centre (parce que c’est le cas).

  LG annonce le G Pro 2 avec un écran encore plus grand : 5,9 pouces

Le smartphone de Samsung était très puissant, avec un processeur de 1 GHz, 512 Mo de RAM et jusqu’à 16 Go de stockage interne. L’élément le plus accrocheur était l’écran de 3,7 pouces avec panneau Super AMOLED, capable d’afficher un véritable niveau de noir et des couleurs beaucoup plus vives que les écrans LCD utilisés par les concurrents.

Le modèle français était capable de reproduire la télévision numérique et coûtait 2 399 euros, un prix très élevé pour l’époque. Malgré tout, c’était la première alternative pour l’iPhone de beaucoup de gens.

9. Nokia Lumia 800 (2011)

Nokia, qui a été le plus grand fabricant de téléphones portables au monde au cours de la dernière décennie, n’était pas à son meilleur en 2011. Les Finlandais souffraient de la concurrence de l’iPhone et des nouveaux venus, les appareils Android, qui s’affrontaient dans toutes les tranches de prix et volaient le marché du Symbian. C’est cette année-là que Nokia a conclu un accord exclusif avec Microsoft pour utiliser Windows Phone dans tous les futurs smartphones.

Le premier fils de ce mariage était le Lumia 800, ce qui semblait avoir été fait dans la précipitation : la conception de l’appareil était essentiellement un N9 avec les boutons capacitifs du Windows Phone implantés de toute façon au bas du smartphone. Avec des performances fluides, une bonne caméra et un écran qui plaisait à l’époque, ce n’était pas mal, du moins sur le plan matériel. Mais le mauvais magasin d’applications et le système d’exploitation immature ont fait du Lumia 800 une promesse d’avenir ? qui n’est jamais venue, notamment parce qu’aucun Windows Phone 7 n’a été mis à niveau vers Windows Phone 8.

La suite de l’histoire vous la connaissez : avec l’exclusivité de Windows Phone, Nokia a annulé d’autres projets (comme MeeGo) et n’a jamais retrouvé sa position de leader sur le marché.

10. Nokia N95 (2006)

Mais bien sûr, Nokia a connu ses bons moments au cours des dix dernières années (y compris les grands moments). Le téléphone le plus impressionnant de l’ère pré-iPhone était le Nokia N95, qui était essentiellement un couteau suisse avec tant de fonctionnalités intégrées. Le design lui-même était différencié, en glissant des deux côtés. Il suffisait de remonter l’écran pour faire apparaître le pavé numérique, ou de descendre pour ouvrir les quatre touches multimédia.

Robuste, comme la plupart des téléphones Nokia, le N95 était aussi épais que trois iPhones empilés. Le dos ressemblait à un appareil photo compact ? en fait, le puissant appareil photo de 5 mégapixels de Nokia est toujours décent, même selon les normes actuelles. De nombreux projets chinois ont tenté d’imiter le succès de la N95 en termes de look, de taille et de format, qui a servi d’inspiration aux successeurs de la N96 et de la N97.

Le Nokia N95 a connu un tel succès, mais à tel point qu’il n’a été abandonné par Nokia qu’en 2010, quatre ans plus tard. Plus de téléphones portables comme par le passé.

Ce billet s’inscrit dans le cadre des célébrations du 10e anniversaire du PerlmOl.

A propos de l'auteur

Ronan

Le Breton de l'équipe ! Développeur back-end dans une startup française. Internet des objets, domotiques, mes sujets de prédilection sont vastes. #teamLinux sur PerlmOl

Laisser un commentaire