Science

La science a peut-être enfin trouvé un moyen viable de convertir la lumière en matière

Convertir la lumière en matière. Les scientifiques discutent de cette possibilité au moins depuis 1934, lorsque les chercheurs Gregory Breit et John A. Wheeler ont décrit une théorie sur le sujet. Mais ce n’est que maintenant, 80 ans plus tard, que la science semble avoir trouvé le moyen de faire sauter cette idée par-dessus les murs des films de fiction pour qu’elle devienne réalité.

Récemment publié par Nature Photonics, l’ouvrage en question a été développé par des physiciens de l’Imperial College de Londres. Ce que les chercheurs proposent est essentiellement une façon de mettre en pratique la théorie formulée par Breit et Wheeler – et qu’ils se sont eux-mêmes demandé si quelqu’un en serait capable un jour.

En bref, cette théorie décrit qu’il est possible de donner origine à la matière à partir de la lumière en faisant entrer en collision à grande vitesse deux photons (particules élémentaires sans masse lumineuse), un processus qui générerait un électron et un positon. C’est en quelque sorte le contraire de la procédure connue sous le nom d'”Annihilation électron-positon”, lorsqu’un électron et un positon entrent en collision (tous deux s’annulent) et se “transforment” en photons.

  Des scientifiques japonais mettent au point une batterie qui utilise du sucre

En 1997, des chercheurs du Linear Acceleration Center de Stanford ont mené une expérience de ce type, mais il s’agissait d’une exception possible grâce à la haute technologie de l’endroit : la vérité est qu’il n’y a jamais eu de moyen viable d’exécuter la collision de photons. Jusqu’à présent.

Les scientifiques de Londres veulent s’attaquer à ce problème au moyen d’un “collisionneur de photons” qui fonctionne comme suit : un laser de grande puissance est utilisé pour faire entrer en collision des électrons avec une plaque d’or et générer ainsi un puissant faisceau de photons ; plus tard, un appareil photo également en or appelé Hohlraum (un terme allemand qui peut être compris comme “espace totalement vide”) est également frappé par un laser, créant un champ de lumière si intense qu’il peut être comparé à l’illumination provenant des étoiles.

L’étape finale consiste à diriger le faisceau de plaques vers le champ généré dans le hohlraum, ce qui fait que les photons des deux parties entrent en collision et génèrent finalement des électrons – et des positons – en quantité suffisante.

  SpaceX a mis une voiture Tesla dans l'espace

Les chercheurs affirment qu’il est possible de mener l’expérience en utilisant les technologies actuellement disponibles, à tel point qu’ils ont l’intention de faire une démonstration pratique dans les 12 prochains mois – ce délai est nécessaire car, bien que possible, la procédure est très complexe.

Mais si tout va bien, la science pourrait être sur le point de disposer d’une base suffisamment solide pour résoudre un certain nombre de problèmes, parmi lesquels la compréhension des détails des 100 premières secondes de la théorie du Big Bang. Mais en fin de compte, même les futures recherches sur la téléportation peuvent bénéficier – ; ça ne coûte pas de rêver tout haut, n’est-ce pas ?

A propos de l'auteur

Bernard

Actuellement responsable informatique dans une PME, je bosse dans le domaine depuis une vingtaine d'année maintenant. Fan inconditionnel de DBZ, et de la triologie Die Hard. #teamWindows sur Perlmol !

Laisser un commentaire