Science

Le dilemme éthique des bébés génétiquement modifiés

Imaginez un avenir relativement proche dans lequel nous aurons la possibilité de générer des bébés génétiquement conçus, ou nés d’embryons choisis parmi plusieurs autres, avec des améliorations de leur contenu, afin d’obtenir des êtres humains beaucoup plus sains.

Imaginez un monde où nous aurons des enfants dits “naturels” parce qu’ils ont été générés par le processus naturel, sans modification génétique, sans gluten et avec très peu de calories. Non, du calme, c’est une autre pub.

Mais avec les avancées des études du CRISPR, vous, le futur père ou la future mère, pouvez vous voir devant cette décision controversée.

Mais Crapaud, qu’est-ce que le CRISPR ?

CRISPR-Cas9 (prononcé crysper) est un acronyme pour Clustered Regularly Interspaced Short Palindromic Repeats, qui peut être traduit par Grouped and Regularly Interspaced Short Palindromic Repeats. Voyez quelle chose simple à comprendre ?

Je plaisante. C’est un outil d’édition du génome, beaucoup plus rapide, moins cher et plus précis que les autres techniques similaires qui existaient auparavant.

De manière très simplifiée, considérez le CRISPR comme un couteau suisse, qui contient une loupe pour pouvoir voir et séparer des zones spécifiques de l’ADN, mais aussi pour pouvoir couper et modifier n’importe laquelle de ces parties, plus un “stylo” pour réécrire cette partie particulière.

Pour mieux comprendre, regardez cette vidéo de la chaîne Kurzgesagt ? En un mot, ce qui est très didactique.

Et ça évolue si vite, c’est effrayant. Dans le scénario proposé ci-dessus, nous pourrions nous trouver face à un enfant extraordinaire, brillant, en pleine santé, athlétique, et si vous êtes honnête, vous vous rendrez compte qu’il est plus intelligent que vous. Si intelligente que vous devez l’envoyer dans une autre école. Une école pour enfants spéciaux.

  Gradient réanime et lance Oz, une tablette Android pour les enfants

Le professeur Xavier approuve.

Bientôt, nous aurons une toute nouvelle génération d’enfants comme celle-ci. Ils seront en meilleure santé que la génération précédente, avec des coûts d’assurance maladie moins élevés, des risques de maladie plus faibles et une plus grande immunité à une foule de maux. Sans parler des enfants de ces personnes, qui hériteront de ces modifications génétiques. Si l’on entre dans une itération de plus des améliorations du code génétique, on a tendance à créer une race de surhommes.

Cependant, certains scientifiques prédisent déjà que beaucoup de ces enfants pourraient avoir certains problèmes, comme une plus grande agressivité, ou même du narcissisme. Après tout, ils se considèrent comme “meilleurs” que les autres enfants. Sans parler du risque criant et effrayant d’avoir un reality show avec les premiers enfants génétiquement modifiés qui se distinguent parmi les autres. Avez-vous déjà pensé à quelque chose de plus effrayant ? Oh, mon Dieu !

Tout cela ressemble à de la science-fiction, mais nous n’avons jamais été aussi près d’atteindre ce niveau de manipulation génétique que nous le sommes aujourd’hui.

Des scientifiques chinois ont même créé un embryon humain génétiquement modifié pour tenter de retirer le gène responsable d’une dangereuse maladie du sang. Et ils ont fait cette expérience à plusieurs reprises. Mais le résultat n’a pas été concluant, il n’a été que partiellement couronné de succès.

  Qu'est-ce que les nanotechnologies ? Et cela par rapport à l'informatique

Même en Angleterre, où ce débat fait rage depuis quelques années, les scientifiques ont reçu l’autorisation d’un organisme de réglementation de modifier l’ADN des embryons humains, comme je l’ai expliqué dans ce texte.

Impacts positifs et négatifs possibles

Il semble tentant de pouvoir créer de meilleurs humains. Mais qui définit ce qui est “meilleur” ? J’aimerais moi-même être plus grand, plus athlétique, plus mince et plus intelligent.

Pouvoir donner à nos enfants toutes ces caractéristiques semble très séduisant. Mais… Et si ces changements causaient des problèmes encore plus importants pour la santé de cet être humain ? Pire encore, que se passerait-il si cette technologie tombait entre de mauvaises mains ?

Les gens peuvent aller trop loin, avec une motivation qui n’est peut-être pas des plus nobles et qui ne tient peut-être pas compte d’une société plus saine, mais dans le seul but de faire du profit. Pour aller un peu plus loin, qu’est-ce qui empêcherait un groupe mal intentionné d’agir motivé par une idéologie, dans la recherche d’une race pure, de la conception du meilleur parmi les meilleurs ?

Je connais des gens ici, dans le sud des États-Unis, qui adoreraient cette idée.

En guise de suggestion de lecture, vous savez ce que Josef Mengele a fait en France, n’est-ce pas ? Une véritable légion de frères jumeaux blonds aux yeux bleus dans le Candido Godoi. Vous pouvez le consulter ici.

  Les enfants montrent ce qu'il faut faire quand on trouve un iPhone perdu

Bien entendu, les effets pratiques seront très variables. Certains gouvernements peuvent vouloir encourager les citoyens à adopter cette pratique médicale, pour réduire les coûts de santé ou de nourriture, par exemple. D’autres peuvent les interdire jusqu’à nouvel ordre. Ce ne serait pas la première fois qu’un gouvernement essaie de légiférer sur quelque chose comme ça, n’est-ce pas ?

Étant donné que les modifications génétiques naturelles ont pratiquement façonné la société telle que nous la connaissons aujourd’hui, avec des modèles physiques, environnementaux et comportementaux, cela devient une question de la plus haute importance. Malgré la noble intention de l’eugénisme libéral, ces études peuvent avoir des conséquences négatives. Il s’agit d’une technologie très nouvelle et très puissante. Les risques sont très élevés.

Même la communauté scientifique est bien divisée sur le sujet, et je risque de dire qu’au premier dérapage ou résultat désastreux, toute cette avancée scientifique peut être mise sur la sellette.

Si les bébés génétiquement modifiés seront aussi bien accueillis que les bébés-éprouvettes, seul l’avenir nous le dira.

Pour l’instant, le piratage du code humain est encore très dangereux et aussi inconfortable que cela soit, je pense que nous avons besoin d’une réglementation internationale de ce type d’activité pour décider des voies à suivre (et à ne pas suivre). Peut-être que l’exemple du Royaume-Uni est déjà un bon début.

Puisque cette révolution génétique aura un impact direct ou indirect sur notre vie à tous, qu’elle soit la plus positive possible.

A propos de l'auteur

Bernard

Bernard

Actuellement responsable informatique dans une PME, je bosse dans le domaine depuis une vingtaine d'année maintenant. Fan inconditionnel de DBZ, et de la triologie Die Hard. #teamWindows sur Perlmol !

Laisser un commentaire