Science

Les lentilles de contact intelligentes de Google pourraient commencer à se vendre d’ici 2019

Vous souvenez-vous des lentilles de contact intelligentes que Google a présentées en janvier ? Avec une minuscule puce intégrée, ils ont promis de mesurer les taux de glucose dans le sang pour faciliter la surveillance des diabétiques. Il ne semblait pas qu’on le verrait venir de sitôt, mais l’entreprise pharmaceutique Novartis a aimé l’idée et espère lancer le produit sur le marché d’ici cinq ans.

Les lentilles de contact intelligentes de Google comportent un capteur de glucose et une puce sans fil située entre les deux couches (pour que l’électronique ne déteigne pas sur votre œil). Chaque seconde, le taux de glucose est mesuré en fonction des larmes du porteur. Une des idées de Google est de mettre une LED sur l’objectif pour alerter immédiatement la personne si son taux de glucose est trop bas ou trop élevé.

Le Suisse Novartis, propriétaire d’Alcon, une division qui fabrique certaines lentilles de contact bien connues, comme Air Optix, a pris une licence pour la technologie de Google. En plus des lentilles qui mesurent le taux de glucose, Novartis veut produire des lentilles pour les personnes presbytes (plus connues sous le nom de “vue fatiguée”), qui ont des difficultés à faire la mise au point d’un objet proche sur un objet lointain. Cela ressemble à quelque chose comme la mise au point automatique de votre appareil photo, et c’est l’idée.

  Les sutures électroniques utilisent un capteur de température pour prévenir l'infection

Bien entendu, ces lentilles de contact doivent être soumises à des tests cliniques pour garantir leur efficacité et leur sécurité, et elles sont approuvées par des organismes de soins de santé tels qu’Anvisa et la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis. Mais Novartis semble optimiste, et le PDG Joseph Jimenez commente dans Financial Times qu’il serait “déçu” si les lentilles intelligentes n’étaient pas prêtes à être vendues dans les cinq ans.

En vertu de l’accord, Google et Novartis recevront une part des ventes. M. Jimenez pense que le marché des dispositifs médicaux portables représentera environ 10 à 50 milliards de euros au cours de la prochaine décennie et les deux sociétés sont intéressées par une partie de cet argent.

A propos de l'auteur

Véronique

La trentaine, maman de deux petits monstres de 10 ans. Je pèse chaque jour le pour et le contre dans l'utilisation des écrans pour mes bambins !
J'écris souvent depuis les transports en commun (#teamTablette).

Laisser un commentaire