Sécurité

Le billet de banque sera plus sûr

Si vous entrez dans une agence bancaire, vous trouverez très probablement beaucoup de gens qui ont des factures à payer. C’est l’un des moyens de paiement les plus utilisés en France et il semble le rester& pour longtemps. Le problème est qu’une telle popularité suscite l’intérêt des criminels. C’est pourquoi le billet de banque va subir quelques modifications. Parmi elles, l’exigence que le document de recouvrement comporte le CPF ou la CNPJ du payeur.

Le billet de banque est devenu un instrument de paiement très répandu dans les années 1990 en raison de sa facilité d’émission et d’utilisation. Grâce à ce moyen, les particuliers et les entreprises peuvent honorer des paiements sans devoir disposer d’un compte bancaire, remplir des formulaires ou signer des documents, sauf dans certains cas.

Au départ, le paiement des bolets ne pouvait se faire que dans les banques, mais aujourd’hui, il est également possible de le faire dans les maisons de loterie, les magasins autorisés et, bien sûr, via les services bancaires sur Internet.

Tout fonctionne bien, mais vous risquez d’être contrarié si vous payez une facture dont le montant est erroné ou si vous laissez le paiement après la date d’échéance. Dans une telle situation, vous ne pourrez peut-être effectuer le paiement qu’auprès de la banque qui a émis la facture ou vous devrez demander un duplicata avec un nouveau délai et, à titre de cadeau, des intérêts et des amendes.

Connaissez-vous un autre moyen d’avoir mal à la tête avec un boulet ? En payant deux fois pour le même document. Cela peut sembler une erreur stupide, mais la précipitation quotidienne fait que beaucoup de gens font cette erreur, surtout lorsque le paiement est effectué via le web ou une application mobile et qu’il n’y a pas d’impression de preuve. Vous pouvez récupérer le montant payé indûment, mais vous aurez un peu de travail à faire.

Comment acheter à la banque ou par abonnement PicPay

Mais le plus grand problème réside en réalité dans les actions des criminels. Ces dernières années, les cas d’escroquerie ont connu une croissance effrayante. Des logiciels malveillants de plus en plus sophistiqués sont créés pour identifier les factures consultées dans le navigateur et modifier le code du document, le tout dans la surdité. Si la personne ne remarque pas le changement et n’effectue pas le paiement, l’argent ira aux mains des scélérats.

Factures enregistrées ou non enregistrées

Pour lutter contre ces problèmes et d’autres, la Febraban (l’entité représentant les banques en France) a annoncé l’année dernière un ensemble de mesures. L’une des plus importantes – et des plus controversées – est la fin de la collecte des factures non enregistrées.

Dans ce type de facture, la banque ne « découvre » que le document a été émis par le cédant (la partie qui reçoit l’argent) au moment où le paiement est effectué. Ce mode est largement utilisé car les frais de délivrance du boleto sont généralement moins élevés et ne sont facturés qu’après confirmation du paiement.

Les effets enregistrés sont ceux dont le recouvrement doit être enregistré dans le système bancaire avec toutes les informations inhérentes à la transaction. Ces données sont envoyées via le « fichier de remise ». En pratique, cela signifie que la banque identifiera au préalable l’institution ou la personne physique (le tiré) qui effectuera le paiement ? Le CPF ou la CNPJ doivent être informés dans le registre.

L’obligation d’émettre des lettres de change nominatives a suscité l’inquiétude des entreprises car, en règle générale, cette modalité entraîne des coûts plus élevés. D’abord parce que, la banque étant informée à l’avance de la génération du boleto, elle peut exiger des droits d’émission et autres, même si le paiement n’est pas effectué. Deuxièmement, le processus d’envoi des informations d’enregistrement peut également générer des coûts.

Netflix ferme les signatures in-app sur l'iPhone et l'iPad

Cependant, il faut s’attendre (ou espérer) à ce que ces aspects soient négociables, car les bordereaux enregistrés devraient contribuer à réduire les dépenses propres des banques en cas d’opérations frauduleuses ? souvent, les moyens judiciaires déterminent que les établissements bancaires déposent des indemnités et des remboursements de montants relatifs aux cas de fraude.

Avec l’enregistrement, le parti qui reçoit le paiement et le parti qui paie sont identifiés dans les services de CIP (Chambre de paiement interbancaire). Lors de l’exécution de la transaction, le système croise les informations, indépendamment de la banque émettrice, et alerte l’établissement bancaire en cas de divergences.

À partir de 2017

Les changements ont commencé en juillet 2015, les banques boleto non enregistrées n’émettant pas à de nouveaux clients. L’idée est qu’à partir de janvier 2017, le nouveau système sera pleinement opérationnel.

Selon Leandro Vilain, le directeur des opérations de Febraban, seuls les billets d’une valeur supérieure à 50 000 seront contrôlés par le nouveau système dans un premier temps. Si tout se passe bien, cette valeur baissera progressivement jusqu’à ce que, fin 2017, tous les bolets soient vérifiés. Le processus, selon l’entité, ne devrait pas prendre plus d’une seconde, afin que le contrôle ne ralentisse pas le système de paiement.

Outre la lutte contre la fraude, le nouveau système facilitera le paiement des factures en souffrance sans qu’un nouveau document de recouvrement soit nécessaire, car les intérêts et les amendes seront calculés automatiquement. Un autre avantage est qu’avec le croisement des informations, la banque pourra découvrir sur place si un boleto a déjà été payé et ainsi éviter un double paiement.

J'ai payé un café avec un bracelet NFC

Pour ceux qui paient, peu de changements, après tout, la Febraban a pris soin de préserver le format des factures. Cela signifie que la génération du document à 44 chiffres et code à barres est maintenue. Ainsi, il ne sera pas nécessaire de modifier les lecteurs de codes ou de connaître un nouveau système de numérotation.

En revanche, dans les entreprises, les systèmes de contrôle et d’émission des factures devront être mis à jour. Les banques doivent également collaborer en accélérant l’envoi et la réception du fichier de livraison, par exemple. C’est pourquoi le changement n’est pas immédiat : la Febraban travaille par étapes pour permettre à chacun d’avoir le temps de s’adapter.

Cette adaptation entraînera-t-elle des coûts ? Probablement. Mais seulement dans les premiers temps, je crois. Le billet de banque est-il un moyen de paiement extrêmement populaire ? 3,6 milliards de bolets sont émis chaque année, estime Febraban. Laisser la fiabilité de cette méthode être ébranlée par la fraude entraînerait donc certainement de grandes pertes.

Je pense que ce sera bon pour tous les côtés. Le tiré est moins exposé au risque et gagne en praticabilité, comme la facilité susmentionnée de payer les factures en retard. Pour les banques, les entreprises et les autres institutions, la possibilité d’assumer des pertes en cas de fraude diminue, sans compter que l’enregistrement permet, par exemple, de protester les factures impayées chez un notaire (tant que le service ou le produit contractuel a été livré, c’est logique).

A propos de l'auteur

Bernard

Bernard

Actuellement responsable informatique dans une PME, je bosse dans le domaine depuis une vingtaine d'année maintenant. Fan inconditionnel de DBZ, et de la triologie Die Hard. #teamWindows sur Perlmol !

Laisser un commentaire