Sécurité

Twitter promet d’interdire les utilisateurs qui publient du “porno de vengeance”.

Comme vous pouvez le voir ici, Twitter met en place ou modifie constamment les fonctionnalités de son réseau social pour attirer et fidéliser les utilisateurs. Les derniers changements viennent d’être mis en œuvre, mais cette fois avec un objectif plus noble : lutter contre le “porno de la vengeance” et d’autres formes de violence morale ou de violation de la vie privée.

Le “porno de la vengeance” (en traduction libre, “pornographie de la vengeance”) est un vieux problème, mais il gagne en importance dans divers réseaux sociaux. Ce terme désigne l’exposition non autorisée de photos et de vidéos intimes de personnes en guise de représailles ou d’intimidation à leur encontre. Dans la plupart des cas, les victimes sont des femmes.

Pour éviter la divulgation de tels contenus sur votre réseau, Twitter a mis à jour ses conditions d’utilisation. Avec les nouvelles règles, l’utilisateur “ne peut pas publier des photos ou des vidéos intimes qui ont été réalisées ou distribuées sans le consentement de la personne qui y figure.

  La vulnérabilité de Skype permet le vol de comptes

Si l’utilisateur publie des contenus de ce type (ainsi que d’autres matériels qui nuisent aux conditions d’utilisation de Twitter), il peut voir son compte bloqué. La mesure s’applique même au participant qui redistribue du matériel illégal – de retweets, par exemple.

Twitter déclare également que s’ils sont identifiés comme tels, les profils créés pour remplacer les comptes suspendus seront également interdits.

Ce n’est pas la seule mesure. Au début de la semaine, Twitter a modifié les formulaires et les outils de signalement des abus pour faciliter ce type de procédure et, dans le même temps, accélérer l’instruction des affaires.

On s’attendait déjà à un tel dévouement sur le sujet. En février, Dick Costolo, le PDG de Twitter, a envoyé des mémos à ses employés reconnaissant la nécessité d’une nouvelle approche pour le signalement : “Nous sommes nuls pour traiter les abus et les trolls sur la plateforme, et ce depuis des années.

Les nouvelles conditions d’utilisation sont déjà en vigueur, valables pour les utilisateurs du monde entier.

  Facebook et Google perdent 100 millions de dollars en escroquerie (Reuters)

A propos de l'auteur

Bernard

Bernard

Actuellement responsable informatique dans une PME, je bosse dans le domaine depuis une vingtaine d'année maintenant. Fan inconditionnel de DBZ, et de la triologie Die Hard. #teamWindows sur Perlmol !

Laisser un commentaire