Science

Les scientifiques injectent des logiciels malveillants dans l’ADN

L’ADN pourrait être la prochaine révolution dans le domaine du stockage des données, car il est capable de stocker des centaines de téraoctets dans un espace physique minuscule. Certaines entreprises, comme Microsoft, font déjà des recherches sur la véritable technologie. Entre-temps, un groupe de chercheurs de l’université de Washington a réussi à mettre des logiciels malveillants informatiques dans une chaîne d’ADN.

Pourquoi ont-ils fait cela ? L’objectif était de montrer que l’ADN peut aussi être un vecteur d’attaque pour infecter les ordinateurs. Les scientifiques ont produit un très petit morceau d’ADN avec 176 bases qui contenait un exploit de débordement de tampon pour attaquer l’outil de transcription ? qui est open source et utilisé dans des laboratoires du monde entier.

Un lecteur d’ADN fonctionne en transcrivant les bases (A, T, C et G) en paires de nombres binaires (dans ce cas, 00, 01, 10 et 11, respectivement), c’est-à-dire qu’une telle chaîne de 176 bases avait 352 bits d’information, voire 44 octets. Ce processus de transcription est effectué dans une mémoire tampon de taille fixe.

Pas de chirurgie : Harvard révèle une technique qui permet de fermer les trous dans le cœur par l'intermédiaire d'un cathéter

Et cela laisse de la place pour l’attaque par débordement de mémoire tampon ? lorsque l’écriture de données dépasse les limites de la mémoire tampon et écrase la mémoire adjacente. En pratique, l’exploit peut être utilisé pour exécuter un code arbitraire sur la machine qui lit l’ADN infecté par le malware. C’est un peu effrayant.

De toute façon, nous ne devrions pas infecter les ordinateurs avec notre ADN de sitôt : les chercheurs disent à TechCrunch qu’il serait même techniquement possible d’infecter une machine avec un échantillon de sang humain, par exemple, mais qu’il serait encore très difficile d’extraire l’information, car l’ADN pourrait être très fragmenté et pratiquement illisible.

Vous pouvez consulter l’article scientifique en cliquant sur ce lien (PDF).

A propos de l'auteur

Bernard

Bernard

Actuellement responsable informatique dans une PME, je bosse dans le domaine depuis une vingtaine d'année maintenant. Fan inconditionnel de DBZ, et de la triologie Die Hard. #teamWindows sur Perlmol !

Laisser un commentaire