Informatique

Intel admet que les processeurs de 7 nanomètres vont ralentir

Cette semaine, le Intel a publié les résultats financiers du deuxième trimestre 2020. L’entreprise a vu son bénéfice net augmenter de 22 % au cours de cette période. Mais le rapport s’accompagnait d’une nouvelle désagréable (mais pas surprenante) : les processeurs de 7 nanomètres de la marque vont ralentir. Peut-être n’atteindront-ils pas le marché avant 2023.

Il se peut que, dans une prévision plus optimiste, ils arrivent au second semestre 2022, ce n’est pas encore clair. Ce qui est sûr, c’est que nous ne verrons pas ces puces en 2021.

Ces informations sont désormais connues car, lorsqu’elle commente les résultats financiers, l’entreprise a pour habitude de donner aux investisseurs un aperçu de ce qu’ils peuvent attendre pour les mois à venir. C’est alors que Bob Swan, PDG d’Intel, a signalé que la société avait identifié un problème dans le processus de fabrication qui dégrade les performances des puces de 7 nanomètres.

En réaction, Intel a annoncé un “plan de contingence”. Ce plan prévoit l’externalisation de la production de puces, bien que l’on ne sache pas encore quelle entreprise assumera cette tâche. Ce serait une façon d’éviter un nouveau retard dans le lancement des processeurs en question.

  IBM crée un disque de stockage jusqu'à 275 fois plus rapide qu'un SSD ordinaire

En admettant le problème et en révélant un plan, Intel agit comme toute entreprise devrait agir lorsqu’elle est confrontée à une difficulté. Mais cette approche ne rassure pas le marché.

Tout le monde sait que les puces de 10 nanomètres d’Intel ont subi des retards répétés ? maintenant elles arrivent sur le marché. L’entreprise espérait stabiliser son calendrier précisément avec les processeurs de 7 nanomètres. Des plans frustrés, comme nous le savons déjà.

Selon Intel, le retard dans le développement des puces de 7 nanomètres a été estimé à six mois. Seuls les GPU Ponte Vecchio (Xe-HPC), également de 7 nanomètres, devraient respecter le calendrier initial et être commercialisés fin 2021 ou début 2022, mais c’est parce que la société envisage également d’externaliser une partie de la production ici.

En attendant, Intel devrait renforcer ses stratégies concernant les processeurs de 10 nanomètres. Les puces Tiger Lake, par exemple, devraient être lancées d’ici la fin de l’année.

  L'Acer Swift 3X est l'un des premiers ordinateurs portables équipés du GPU Intel Iris Xe

Bénéfice au deuxième trimestre

Le renseignement n’est pas au mieux de sa forme. Récemment, l’entreprise a perdu Apple comme client et a vu son concurrent Nvidia prendre la place de la plus précieuse des entreprises de semi-conducteurs. Mais au moins le deuxième trimestre de 2020 a été favorable à ses activités.

Au cours de cette période, Intel a enregistré des revenus de 19,7 milliards de euros US, soit 19 % de plus qu’au cours du même trimestre de 2019 (les analystes prévoyaient 18,5 milliards de euros US). Le revenu net s’est élevé à 5,1 milliards de euros, soit une hausse de 22 % par rapport à l’année précédente.

A propos de l'auteur

Ronan

Le Breton de l'équipe ! Développeur back-end dans une startup française. Internet des objets, domotiques, mes sujets de prédilection sont vastes. #teamLinux sur PerlmOl

Laisser un commentaire