Internet

Voici comment Adblock Plus veut aider à payer le contenu sur Internet

Le financement des contenus sur Internet a bénéficié d’une aide improbable : Adblock Plus. Le bloqueur de publicité s’est associé à Flattr mardi (3) pour permettre aux utilisateurs de contribuer périodiquement aux producteurs de contenu. En surveillant les pages auxquelles vous accédez, le plugin peut automatiquement répartir les revenus entre les contenus qui génèrent le plus d’engagement.

Flattr n’est pas tout à fait nouveau : lancé en 2010, le service de dons vous permet de déposer sur votre compte un montant à partir de 5 euros, qui sera distribué aux sites inscrits sur la plateforme. Ces sites ont un bouton Flattr, similaire à celui de Facebook ou Twitter : il suffit de cliquer dessus pour donner une partie de votre argent au producteur de contenu.

Avec Flattr Plus, qui sera intégré à Adblock Plus, le processus de donation est automatisé : le plugin analyse votre navigation et distribue les donations en fonction des contenus qui ont le plus d’engagement, et non d’accès ? donnant ainsi la chance également à des sites plus petits. L’algorithme prend en compte des facteurs tels que le temps passé et l’activité de défilement des pages.

  Les co-fondateurs de Twitter lancent Medium, une plateforme de publication de contenu

Selon o TechCrunch, seuls les sites inscrits sur Flattr pourront recevoir les paiements, mais ceux qui ne sont pas sur la plateforme auront leurs dons enregistrés jusqu’à leur inscription sur le service.

Bien sûr, les contributions ne seront pas obligatoires, mais Adblock Plus semble assez optimiste : l’objectif est d’atteindre 500 millions de euros de dons au cours de l’année 2017. Compte tenu de la grande popularité d’Adblock Plus, qui a déjà eu plus de 500 millions de téléchargements, l’objectif ne semble pas très éloigné de la réalité. Eyeo, la société à l’origine du plugin, a même fait un “petit investissement” de valeur non divulguée dans Flattr.

Il reste à voir à quoi ressemblera la répartition des revenus pour les producteurs de contenu. Le modèle est assez similaire à celui de Spotify : l’argent des abonnés est réparti entre tous les artistes, mais comme beaucoup sont sur la plateforme, constamment on voit quelqu’un se plaindre des faibles valeurs. Compte tenu de la quantité énorme de pages auxquelles nous accédons chaque jour, Flattr Plus ne devrait pas être très différent… et pourtant, c’est une recette que les sites web n’auraient tout simplement pas.

  Les mineurs de Cryptomeda sur le web sont bloqués 1 million de fois par jour

Flattr Plus devrait être rendu public d’ici la fin de l’année.

A propos de l'auteur

Ronan

Le Breton de l'équipe ! Développeur back-end dans une startup française. Internet des objets, domotiques, mes sujets de prédilection sont vastes. #teamLinux sur PerlmOl

Laisser un commentaire