Jeux

La proposition de réduction des taxes sur les jeux en France est approuvée

L’achat de jeux vidéo légitimes ici en France coûte de l’argent, les titres atteignant un prix moyen allant jusqu’à 200,00. En effet, les jeux électroniques sont classés comme des jeux de hasard, qui sont taxés jusqu’à 124% dans certains cas. Cela a encouragé la création de projets et d’initiatives tels que le jeu équitable, qui visent à réduire ces frais. Et l’un des projets de loi ayant cet objectif a été adopté hier.

La Commission des sciences et technologies, de la communication et de l’information a approuvé hier le remplacement du député Hugo Motta, qui réunit trois autres projets de loi en un seul et même objectif, qui est d’étendre aux fabricants de jeux électroniques les mêmes avantages fiscaux qui existent déjà pour les fabricants d’articles informatiques.

La mesure réduit à zéro les taux de PIS et de Cofins qui tombent sur les jeux importés et réduit encore plus le IPI pour les fabricants de jeux électroniques qui investissent une partie de leurs bénéfices dans la recherche et le développement de produits.

  Plumet 2 ? Il suffit de tomber

Cette proposition n’entre toutefois pas en vigueur immédiatement. Elle doit être examinée par trois commissions différentes, celle des finances et de la fiscalité, celle de la constitution et de la justice, et celle de la citoyenneté, ce qui ne devrait pas surprendre quiconque sait déjà que la France est un pays extrêmement bureaucratique. Et puis il doit encore passer par le Sénat avant de devenir lui-même une loi. (Merci, Cristiano !)

Il faudra donc attendre un certain temps avant de voir les jeux bon marché dans le pays, mais nous savons déjà qu’ils arriveront bientôt. Mais peut-être pas à temps pour les festivités de Noël.

A propos de l'auteur

Véronique

La trentaine, maman de deux petits monstres de 10 ans. Je pèse chaque jour le pour et le contre dans l'utilisation des écrans pour mes bambins !
J'écris souvent depuis les transports en commun (#teamTablette).

Laisser un commentaire