Mobile

Les demandes prétendant guérir les boutons ne fonctionnent pas, selon la FTC

Alors que plusieurs fondations de recherche s’efforcent de prouver ou de réfuter le mythe selon lequel les téléphones portables provoquent le cancer, certains développeurs d’applications décident de prendre le chemin inverse et affirment que les smartphones peuvent guérir certains problèmes de la peau humaine. C’est ce qu’ont dit les créateurs des applications “AcneApp” et “Acne Pwner”, qui font la publicité de leurs programmes comme moyen de guérir les boutons. Mais une agence américaine a enquêté et a découvert (surprise !) qu’ils n’étaient rien d’autre qu’une imposture.

Après avoir reçu des plaintes concernant ces demandes, la FTC, l’agence responsable de la réglementation des médicaments et des traitements des maladies aux États-Unis, a décidé d’enquêter sur celles-ci. L’allégation des programmes est qu’ils ont utilisé la lumière de l’écran du smartphone pour diminuer et guérir les boutons. Bien que la soi-disant luminothérapie soit un moyen largement adopté pour atténuer les effets de l’acné, la FTC déclare dans un rapport publié la semaine dernière que les smartphones n’émettent pas assez de lumière pour atteindre cet objectif.

  Désactiver les programmes qui démarrent avec Windows 10

Et pour ceux qui pensaient cibler les utilisateurs d’une plateforme spécifique, voici le détail : les applications ont été vendues pour les deux principaux systèmes mobiles disponibles. Le BC AcnePwner a eu environ BC 3,3 mille BC téléchargements sur l’Android Market tandis que le BC AcneApp a été téléchargé par BC 11,6 mille BC personnes sur iTunes. Les deux ont été payés.

Et voilà. Si vous êtes un adolescent avec un visage à boutons, un appareil mobile avec Android ou iOS et que vous espériez économiser quelques euros en utilisant un traitement léger par application, vous n’avez pas de chance. L’efficacité de ces programmes semble être la même que celle d’un bracelet Power Balance.

Et je n’arrive toujours pas à me remettre du fait qu’une agence américaine a dû enquêter sur ces demandes pour dire qu’elles ne fonctionnent pas.

A propos de l'auteur

Véronique

Véronique

La trentaine, maman de deux petits monstres de 10 ans. Je pèse chaque jour le pour et le contre dans l'utilisation des écrans pour mes bambins !
J'écris souvent depuis les transports en commun (#teamTablette).

Laisser un commentaire