Mobile

Sony Ericsson Xperia Play est un téléphone mobile pour ceux qui veulent jouer

Sony Ericsson peut fabriquer des téléphones portables. Sony sait comment fabriquer des consoles portables. Par un matin ensoleillé, dans l’un des bureaux de l’une des deux entreprises, un cadre supérieur a pensé : “Et si nous collaborions à la création d’un téléphone portable qui serait aussi une console portable ? Il a ensuite lancé l’idée du PlayStation Phone, qui a fini par devenir le Xperia Play.

Mais pour réunir les fonctions de jeu vidéo et de téléphone portable dans un seul appareil, il ne suffit pas d’assembler les pièces et d’attendre que la magie opère. Il faut donner une bonne expérience non seulement à ceux qui s’attendent à avoir l’avantage des contrôles physiques dans les jeux, mais aussi à ceux qui s’attendent à un bon smartphone Android. Lisez la suite pour savoir si Xperia Play atteint cet objectif.

Conception

Ce modèle de la gamme Xperia est un peu plus lourd et plus brunâtre que la plupart des téléphones portables actuels, même comparé aux claviers physiques coulissants. Mais on s’attendrait à cela d’un téléphone portable équipé d’une console portable. Non pas que ce poids soit un inconvénient, puisqu’il tient dans votre poche sans faire trop de volume. Ce que je n’ai pas vraiment aimé, c’est la prise, qui n’est pas l’une des meilleures parce qu’elle est un peu glissante sur les côtés.

Autour de lui, il y a plusieurs boutons. Au-dessus se trouvent les boutons d’arrêt, qui sont également dotés d’un indicateur LED, tandis que sur les côtés se trouvent les boutons de volume, les commandes L et R et les sorties casque et USB. En bas se trouvent les boutons déjà communs à Android. Dans l’ensemble, ils semblent être faits de plastique bon marché et peu fermes, mais n’ont pas donné beaucoup de problèmes de pression.

Un élément de conception qu’il me semble important de souligner est un biseau sur le couvercle du téléphone qui déverrouille un interrupteur (pointé avec la flèche rouge au-dessus) qui éjecte automatiquement la carte mémoire du système chaque fois qu’il est retiré. La carte mémoire et la carte SIM, d’ailleurs, peuvent être retirées sans qu’il soit nécessaire de retirer la batterie, ce qui est une touche de design intéressante et que tous les fabricants de téléphones bénis devraient suivre, merci.

Écran et interface

Bien qu’ils aient bien conçu l’écran Xperia Play, il ne semble pas qu’il ait reçu le même soin. Même avec la luminosité au sommet, il est devenu presque impossible de voir quand il y a la lumière directe du soleil dessus. La réflectivité de l’écran est trop élevée pour les jeux, lorsque les graphiques deviennent plus intenses et dominent l’écran. Mais il peut même suffire de répondre aux appels, car le bouton vert n’est pas du tout discret, ou de surfer sur le web, où les pages sont généralement très claires.

Cependant, lorsque vous pouvez voir l’écran, il affiche l’interface personnalisée TimeScape bien connue que Sony Ericsson utilise sur tous les Xperia Androids. C’est déroutant au début, mais tout comme une éruption cutanée qui apparaît dans l’enfance et qui marque la peau tout au long de la vie d’un être humain, les utilisateurs s’habitueront à sa présence. À part cela, l’interface affiche le même menu avec des icônes (qui peuvent être facilement réorganisées) que celui auquel nous sommes habitués et des widgets Android.

Une caractéristique intéressante de Xperia Play est l’affichage d’une interface personnalisée pour les jeux dès que le curseur avec les commandes est ouvert. Il affiche les jeux déjà installés et offre la possibilité d’en installer d’autres directement à partir de cette interface, ce qui permet de se passer même d’un compte Android Market : il suffit d’accepter le paiement par facture du transporteur ou d’utiliser une carte de crédit.

  Nous sommes à la Game Developers Conference 2013

Qualité des appels et multimédia

Je n’ai pas l’habitude d’aborder le mérite de la qualité des appels dans mes évaluations mobile pour un simple facteur : c’est un téléphone mobile. J’espère que le moins que l’on puisse faire est d’avoir un orateur de qualité pour pouvoir entendre la personne à l’autre bout du fil. Je n’en parle que plus lorsqu’un appareil peut sortir du spectre moyen et être pire ou meilleur à cet égard. Dans le cas de Xperia Play, il a surpris. Grâce au microphone réducteur de bruit, j’ai pu entendre l’interlocuteur sans problème, même en cas de vent fort.

Comme un téléphone Android, Xperia Play devrait avoir de bonnes fonctions multimédia. Ou du moins, je le pensais. Il possède même une interface intéressante pour la musique, mais il n’est pas compatible avec les formats vidéo que d’autres fabricants prennent déjà en charge, comme .avi et .divx (qui se jouent sans problème sur Galaxy S II, d’ailleurs). Peut-être que Sony Ericsson n’a pas la licence nécessaire pour mettre ce support sur le système. Mais heureusement, il est possible de se synchroniser avec le Sony Ericsson PC Companion, qui convertit et transfère les vidéos vers l’appareil. Je préférerais ne pas l’utiliser, mais l’exigence d’un tel programme est déjà devenue la norme chez les fabricants de téléphones portables.

Sur les haut-parleurs et les écouteurs, pas de surprise. Je pensais déjà que parce que c’est une console, Xperia Play aurait aussi un son décent, puisque Sony Ericsson a déjà un savoir-faire dans ce domaine. Et c’est exactement ce qu’ils ont livré, une bonne qualité tant au niveau des écouteurs que des haut-parleurs, qui sont sous les contrôles. J’aurais aimé que les écouteurs aient plus d’options de boucliers intra-auriculaires, car ceux qui les accompagnaient étaient un peu trop grands.

Caméra

Son capteur de 5 mégapixels est accompagné d’un flash LED, qui permet de prendre des photos même décentes pour la publication sur le web, mais moins que des idées pour autre chose. On y trouve également les options avancées déjà connues de filtres de lumière, d’exposition et de mode scène, ce que l’on attend d’Android. Mais j’ai raté un bouton dédié à la prise de photos. Les commandes L et R sont dans la bonne position et seraient très utiles à cet égard, mais Sony Ericsson ne voulait pas qu’elles soient utilisées de cette manière. Il existe une application sur Android Market qui résout ce problème, appelée Camera Mod.

Vous trouverez ci-dessous quelques exemples de photos prises avec l’appareil photo Xperia Play.

En termes de vidéo, Xperia Play laisse à désirer. Son flash LED est assez puissant non seulement pour éclairer ce que vous enregistrez, mais aussi pour vous rendre facilement pénible aux yeux des gens qui vous entourent. Oui, c’est aussi fort que ça. Mais votre capteur semble avoir été capté, car la possibilité d’enregistrer jusqu’à 720p n’est tout simplement pas offerte.

Jeux et applications

L’essence de Xperia Play est d’être un Android capable de jouer sur PlayStation. Un processeur graphique Adreno 205 est chargé de fournir cette expérience, qui, je dois le dire, est très bien fournie. Les graphismes des jeux sur l’appareil sont bons, mais c’est sur les commandes qu’ils prouvent vraiment qu’ils ont fait le bon choix. Avoir des boutons physiques pour interagir avec les jeux est le principal différentiel et Sony Ericsson l’indique très clairement, en s’attaquant aux studios de jeux pour qu’ils proposent des jeux qui prennent tout leur potentiel.

  Google renomme Google Cast, qui était Chromecast, en Chromecast, qui n'est pas la même chose que Google Home

Pour ceux qui sont habitués aux commandes de la PSP, la zone de l’écran tactile sera un peu bizarre au début, mais avec un usage prolongé, les joueurs attrapent le matin. J’ai fini par utiliser davantage les boutons mécaniques, et ils ont répondu avec la vitesse et l’agilité que j’attendais, ce qui est toujours surprenant.

Pourtant, j’attendais toujours plus d’Xperia Play, pensant qu’il serait plus rapide. Même avec des processeurs puissants, vous risquez de passer beaucoup de temps sur l’écran de chargement. Et si vous achetez des jeux chez Gameloft, vous pouvez passer quelques précieuses secondes à regarder l’intro et les scènes de coupe, qui peuvent être sautées dans certains jeux. Mais si c’est le comportement normal des jeux de nos jours, cela ne devrait pas déranger ceux qui y sont déjà habitués. Et c’est le public cible de l’appareil.

En bref, Xperia Play tient ses promesses dans le domaine des jeux. Un processeur central et d’autres graphiques en font un appareil qui donne l’impression d’avoir les bords coupés, des graphiques optimisés pour cette résolution et des commandes qui réagissent, que ce soit aux touches de l’écran ou aux boutons. Et la présence de commandes dédiées au lieu de dépendre uniquement de l’écran tactile est un avantage non négligeable.

À côté, on trouve également des applications personnalisées comme TrackID, qui permet de capturer des sons musicaux et de découvrir des informations à leur sujet, des applications de lecture des actualités et de la météo, des courriers électroniques et tout ce qu’un téléphone Xperia peut offrir. Et s’il manque une application essentielle, elle sera certainement à portée de main sur Android Market.

Synchronisation avec le PC

Le Sony Ericsson PC Companion est la preuve qu’en plus de normaliser la présence des programmes de synchronisation, la lenteur semble également être un comportement égal chez tout le monde. Il est en version 2.0 mais il ressemble plus à un énorme programme bêta avec plus de bords à découper qu’à un icosaèdre qui a l’intention de faire tourner une balle et qui dépend plus d’autres bibliothèques qu’un étudiant paresseux en semaine de course.

Cela dit, il offre même des options intéressantes lorsqu’il fonctionne. Media On recherche sur votre ordinateur tous les médias disponibles et offre la possibilité de synchronisation et de conversion, tandis que d’autres applications sont chargées de mettre à jour l’appareil (lorsqu’il y en a un), de sauvegarder les contacts et les données et de synchroniser les calendriers et autres données.

L’expérience de tous ces programmes m’a amené à conclure quelque chose. Si un jour la survie de l’humanité dépend de programmes de synchronisation des téléphones portables aux PC, courez vers le groupe qui se trouve à côté d’iTunes. Ce n’est pas le programme parfait, il va causer quelques décès, mais c’est là qu’il y a le plus de chances de survie.

Batterie

Lors de la conférence de presse de présentation de Xperia Play, Sony Ericsson a estimé que la batterie de l’appareil durerait 4 heures d’affilée (ce qui est étrange, puisque l’extérieur de l’entreprise a promis 5 heures). L’autonomie de la batterie des appels GSM est estimée à 8 heures et 25 minutes, et pour le trafic de données 3G, elle passe à 6 heures et 25 minutes.

  Gamescom : Sony apporte de nombreux jeux et la possibilité de les partager avec des amis sur PS4

C’est pourquoi j’ai testé Xperia Play avec une utilisation modérée des réseaux de données, une luminosité d’écran réduite de moitié et la possibilité de jouer environ huit matchs de 15 minutes d’un jeu spécifique dans la journée. Dans ce schéma, la batterie a réussi à durer 11 heures et 23 minutes avant de demander un refroidissement. Avec la luminosité maximale de l’écran, 4 allumettes de 30 minutes et la même utilisation du réseau de données, j’ai réussi à presser 4 heures et 50 minutes de batterie avant de devoir la brancher dans la prise.

Il est bon de souligner que même s’il existe un jeu auquel vous avez la patience de jouer pendant 4 heures d’affilée, il est bon de se rappeler que Xperia Play est aussi un smartphone. A moins qu’il ne soit en mode avion (excellent moyen d’économiser la batterie, d’ailleurs), il continuera à communiquer avec les réseaux cellulaires pour garder un signal et cela épuise aussi la batterie. Donc, pour un appareil comme celui-ci, j’ai trouvé que la durée de vie de la batterie qu’il offrait était en fait décente. Il y a encore des progrès à faire, sans aucun doute.

Points négatifs

  • Écran à haute réflectivité ;
  • Capteur de caméra capturé pour la vidéo ;
  • Prix salé.
  • Points positifs

  • Téléphone portable à réduction de bruit Haut-parleur ;
  • Appareil photo de bonne qualité pour les photos ;
  • Pile décente (pour un appareil de ce type).
  • Conclusion

    En tant que console portable, Xperia Play est dans la moyenne. Il ne dispose pas d’un écran suffisamment performant pour jouer contre la lumière du soleil et c’est une grande partie de l’expérience, bien que dans les bonnes conditions de lumière ambiante, il fonctionne bien. Ses commandes tactiles provoqueront même une certaine bizarrerie, mais elles peuvent être associées à une courbe d’apprentissage que je n’ai pas eu la patience de traverser.

    En tant que smartphone Android, il est déjà ce que j’attendais de la ligne Xperia. L’interface TimeScape est toujours là mais elle ne vous dérange pas autant et son processeur de 1 GHz en fait un téléphone très rapide pour les nombreuses fonctions qu’un Android exécute. Il manque un bouton de caméra dédié et du multimédia, mais il dispose d’un excellent haut-parleur et d’une caméra assez bonne pour les prises de vue de nuit, ce que peu d’appareils Android peuvent faire.

    Dans l’ensemble, Xperia Play remplit ces deux fonctions presque très bien, mais il s’arrête à presque. Il est possible d’affirmer que pour le prix qu’il vend, vous pouvez acheter une PS3, une PSP et qu’il vous reste encore un peu d’argent pour acheter des jeux pour les deux. Mais vous ne pouvez pas passer d’appels, accéder au réseau de données cellulaire ou prendre des photos avec l’un ou l’autre, n’est-ce pas ? Et c’est là le point fort de Xperia Play : gagner de la place en étant deux appareils en un.

    Pourtant, coûtant 1 899,00 débloqué, il doit encore baisser son prix pour que son principal public en vaille la peine : celui des joueurs qui veulent jouer sur un téléphone portable. Votre offre de jeu est déjà assez importante pour que votre achat ne soit pas considéré comme une folie, mais si vous prévoyez de l’acheter le 25 suivant (votre lancement officiel en France), recherchez les offres de fidélité de l’opérateur pour ne pas payer autant. Sinon, vous paierez trop cher pour un appareil qui fournit presque ce que vous proposez.

  • A propos de l'auteur

    Ronan

    Le Breton de l'équipe ! Développeur back-end dans une startup française. Internet des objets, domotiques, mes sujets de prédilection sont vastes. #teamLinux sur PerlmOl

    Laisser un commentaire