Science

Ordinateurs de la navette spatiale

L’atterrissage final de la navette spatiale Atlantis la semaine dernière a mis un terme au dernier chapitre de l’histoire relativement courte de l’exploration du cosmos, laissant derrière elle de grandes réalisations, d’énormes découvertes, quelques traumatismes et d’innombrables enseignements.

Comme tout bon représentant de la plus haute technologie, les navires Columbia, Challenger, Discovery, Atlantis et Endevour étaient équipés d’une série d’ordinateurs chargés de faire fonctionner correctement leurs commandes et leurs systèmes lors de leurs décollages, orbites et atterrissages. Mais ironiquement, cet équipement n’était pas exactement au top de la technologie que nous avions ici sur terre.

Entre 1981 et 1989, les commandes de vol des navettes spatiales étaient gérées par des ordinateurs aéronautiques IBM AP-101 32 bits, qui étaient déjà à cette époque loin de représenter le maximum que la technologie pouvait offrir. En activité depuis les années 1950, lorsqu’il volait à bord de bombardiers B52, l’ordinateur disposait d’une modeste mémoire en ferrite de 432 kilo-octets, une architecture utilisée jusqu’au milieu des années 1970. Il était également doté d’un processeur capable d’effectuer 480 000 calculs par seconde (un module et l’actuel Intel Atom est capable d’exécuter 3300 millions d’instructions en même temps). Sans aucun système de stockage, les ordinateurs lisent leurs instructions à partir des cartouches.

  Les Radeon 600 Series sont les nouveaux GPU à bas prix d'AMD

Conçu pour offrir de la fiabilité, et non des performances, le AP-101 avait des performances équivalentes à celles des ordinateurs personnels disponibles sur les étagères au moment où les navettes spatiales commençaient à prendre leur envol. Lancé en 1977, le célèbre Apple II était équipé d’un processeur – seulement 8 bits – capable d’exécuter 500 000 instructions par seconde de 4Kb de RAM.

En 1990, les systèmes de contrôle de la navette spatiale ont été mis à niveau vers le IBM AP-101S, un modèle doté d’un incroyable 1 Mo de RAM et d’un processeur capable d’effectuer 1,2 million d’opérations par seconde, la version “définitive” qui a accompagné les vaisseaux jusqu’au dernier vol.

Toujours dans les années 90, le niveau d’ancienneté du matériel a même provoqué des situations curieuses, comme celle de faire participer anonymement la Nasa à des ventes aux enchères de déchets de matériel hospfrancer pour obtenir des composants pouvant être utilisés dans la maintenance de leurs ordinateurs. Après sa découverte, une telle pratique a permis à certains utilisateurs de gagner un peu d’argent sur l’agence spatiale, qui a préféré investir dans la maintenance d’un système dont la fiabilité était avérée plutôt que de risquer de tester de nouvelles possibilités : les catastrophes impliquant Challenger en 1986 et Columbia en 2003 n’ont pas été causées par des problèmes de contrôle.

  IBM crée la plus petite animation du monde : un film entièrement réalisé avec des atomes

Ainsi, Columbia, Challenger, Discovery, Atlantis, Endervour, en plus du prototype Enterprise (nommé d’après la série Star Trek) ont fait qu’une poignée de vieux ordinateurs ont mené une des plus grandes évolutions de l’histoire de l’humanité : la course à l’espace.

Toute notre révérence à leur égard.

A propos de l'auteur

Zineb

Zineb

Enseignante en lycée, je m'intéresse à tout ce qui touche aux nouvelles technologies. #teamMac sur PerlmOl (je ne me sépare d'ailleurs jamais non plus de mon Iphone).

Laisser un commentaire