Sécurité

Facebook va modifier les conditions pour supprimer 1,5 milliard d’utilisateurs de la nouvelle loi sur la protection de la vie privée

Comme tant d’autres entreprises, Facebook s’adaptera à GDPR, le nouveau règlement sur la protection des données pour les citoyens de l’Union européenne. Il semblait qu’avec cela, le réseau social deviendrait un environnement avec plus de contrôle de la vie privée pour tous les utilisateurs. Il semblait : à Reuters, la société a confirmé que le reste du monde n’aura pas le même niveau de protection.

Désactiver ou supprimer Facebook (de votre téléphone ou de votre PC)

Le GDPR entre en vigueur le 25 mai et, parmi ses exigences, oblige les entreprises à permettre aux utilisateurs d’avoir le contrôle du traitement de leurs données : ils peuvent ou non consentir à la collecte pour certaines finalités et demander à tout moment la suppression de leurs informations, par exemple.

En cas de non-respect, l’entreprise pourrait payer une amende de ? 20 millions ou 4% de ses revenus annuels dans le monde (le plus élevé des deux), ce qui entraînerait une sanction d’un milliard de euros dans le cas de Facebook.

  Cerberus empêche le voleur d'éteindre son Android lorsque l'écran est verrouillé

Tout indique que le moment est venu pour l’entreprise de prendre des mesures drastiques : avec un nouvel ensemble de pratiques, Facebook pourrait s’adapter à la réglementation et, en même temps, atténuer les effets du scandale de Cambridge Analytica. Mark Zuckerberg lui-même a signalé que cela se produirait lorsqu’il a abordé la question du PIBR dans son témoignage devant le Congrès américain.

En fait, Facebook a annoncé un certain nombre de changements en conformité avec le GDPR : entre autres mesures, il aura de nouvelles conditions d’utilisation, demandera aux utilisateurs de revoir l’utilisation de leurs données, facilitera la suppression ou le téléchargement d’informations, et adoptera des comportements plus stricts pour les publics de moins de 18 ans, notamment en ce qui concerne les publicités.

Presque tous les changements commenceront par l’Union européenne et seront progressivement étendus au reste du monde. Cela reste vrai. Cependant, Facebook a indirectement confirmé à Reuters qu’il n’adoptera pas les règles du nouveau règlement au niveau mondial.

En conséquence, les utilisateurs d’Asie, d’Afrique ou d’Amérique du Sud, par exemple, ne seront pas aussi protégés que ceux qui vivent dans les pays de l’Union européenne. Dans le reste du monde, il sera toujours plus facile pour Facebook de se débarrasser des problèmes juridiques liés à la vie privée. Cela signifie qu’au moins 1,5 milliard d’utilisateurs ne pourront pas compter sur la rigueur de GDPR pour se plaindre de l’utilisation abusive de leurs données.

  Le VPN gratuit d'Opera sera supprimé à la fin du mois d'avril

Lire aussi : 6 conseils pour éviter de partager vos données personnelles avec Facebook

C’est ce que vous attendiez, non ? La GDPR a été conçue pour protéger les utilisateurs de l’Union européenne, et non du monde entier. Mais il est important de considérer que Facebook a créé une filiale en Irlande pour payer moins d’impôts (une astuce utilisée par plusieurs entreprises) et dirige les contrats de tous les utilisateurs vers cette unité, sauf ceux qui vivent aux États-Unis ou au Canada.

Cela signifie qu’un utilisateur en France, par exemple, trouverait un peu plus facile de formaliser une plainte basée sur GDPR, après tout, leur contrat est lié à Facebook en Irlande.

Mais Facebook a une lettre dans sa manche : le mois prochain, la société modifiera ses conditions d’utilisation pour transférer la responsabilité des contrats à son siège aux États-Unis, laissant l’unité irlandaise couvrir uniquement la base d’utilisateurs de l’Union européenne.

L’entreprise affirme que le changement est nécessaire parce que le GDPR exige des termes d’usage avec un “langage spécifique”, y compris une terminologie juridique qui n’existe pas aux États-Unis. Mais cette décision est considérée comme une tentative de limiter la portée du nouveau règlement et, en fait, de laisser les choses plus ou moins telles qu’elles sont.

  McAfee publie une mise à jour qui redémarre les PC avec XP

Les nouveaux contrôles seront disponibles dans le monde entier, mais comme les lois sur la vie privée sont plus souples aux États-Unis, Facebook n’aura pas besoin de traiter les données aussi strictement qu’il le fait dans l’Union européenne.

Ce n’est pas surprenant. Mark Zuckerberg et compagnie n’allaient pas se rendre facilement.

A propos de l'auteur

Ronan

Le Breton de l'équipe ! Développeur back-end dans une startup française. Internet des objets, domotiques, mes sujets de prédilection sont vastes. #teamLinux sur PerlmOl

Laisser un commentaire