Technologie

Apple Watch Series 3 avec 4G : plus d’indépendance

Sortie en 2017, la Apple Watch Série 3 a apporté de petits changements par rapport à son prédécesseur, comme un processeur plus rapide, des améliorations de l’assistant personnel Siri et quelques nouveaux logiciels, comme la possibilité de surveiller les exercices de natation. La grande percée a été l’émergence d’une version avec une connectivité 4G, mais elle était limitée à quelques pays.

Après presque un an, les choses ont finalement changé : en juillet 2018, Apple a lancé sur le marché français le Apple Watch Series 3 GPS + Cellulaire, en partenariat avec Claro ? pour l’instant, le seul opérateur français à supporter cette technologie. Il a une capacité de stockage deux fois supérieure à celle de la version GPS et peut toujours rester connecté à Internet, même lorsque votre iPhone n’est pas là.

Mais cela vaut-il la peine de dépenser trop pour avoir le 4G au poignet ? J’ai passé les dernières semaines avec le nouvel Apple Watch et je vous livre mes impressions dans ce bref compte-rendu.

En vidéo

Qu’est-ce qui est légal ?

Une connexion n’importe où à un appareil qui jusqu’alors dépendait totalement du smartphone est le plus grand atout des Apple Watch Series 3 avec 4G. En théorie, c’est la même montre, seulement avec eSIM. En pratique, il ressemble à un nouveau produit car il ouvre un éventail de possibilités : il vous permet de partir de chez vous sans votre téléphone portable et sans rien perdre ou presque.

Cela est utile pour ceux qui pratiquent des activités de plein air plus intenses, notamment la course à pied. Je n’ai jamais aimé ces accessoires qui vous permettent de charger votre smartphone à la taille ou à l’avant-bras ; sans compter que, selon la taille de votre appareil et l’endroit où vous vivez, cela n’est pas possible, ni pour la commodité ni pour la sécurité.

Pendant l’exercice, la fonction “Ne pas déranger” peut être activée afin que vous ne soyez pas dérangé par des notifications gênantes. Lorsque vous rentrez chez vous, vous pouvez recevoir des SMS, passer des appels et utiliser les applications watchOS normalement. Et bien sûr, vous pouvez écouter de la musique en streaming sur Apple Music et payer avec Apple Pay même si votre iPhone est à des kilomètres.

  IWork arrive sur l'iPhone et l'iPod Touch

Les applications WatchOS, au fait, sont un autre grand point positif de la plateforme. Par rapport à Tizen (de Samsung Gear) et Wear OS (de Google), Apple a remarquablement plus de support pour les développeurs et peut offrir un écosystème plus complet. Le fait qu’Apple Watch fonctionne bien, au lieu de s’étouffer comme beaucoup de montres avec Wear OS, contribue également à l’expérience.

Vous pouvez contrôler une présentation Keynote, accéder aux tâches de Todoist, consulter les itinéraires des transports publics via le Citymapper, écouter les nouveaux épisodes de podcasts dans Pocket Casts, lire des messages directs dans Tweetbot et plus encore. Je n’ai trouvé qu’une seule exception : Spotify. Mais en règle générale, il est très probable que votre application iOS préférée ait également une version Apple Watch.

Apple Watch devrait encore donner une force à ceux qui sont sédentaires et ont besoin d’une incitation à se déplacer. Au lieu de se concentrer uniquement sur le nombre de pas, comme d’autres vêtements, Apple a choisi une solution intéressante : chaque jour, son objectif est de réaliser trois cercles d’activité (calories brûlées, minutes d’exercice et heures en position debout). Tout est enregistré sur l’iPhone, et vous débloquez Achievements si vous atteignez certains objectifs.

Le design de l’Apple Watch Series 3 me plaît également pour sa simplicité et sa fonctionnalité. Elle est très confortable au poignet, même parce qu’elle est légère ; et l’aspect neutre (à l’exception du bracelet rouge de la version 4G) permet de la porter dans presque toutes les situations : vous pouvez porter un bracelet en silicone ou en tissu au quotidien, ou un bracelet en métal lors d’occasions plus formelles.

Et, bien sûr, la couronne numérique évite d’avoir à passer son doigt sur l’écran en permanence pour faire défiler une page ou agrandir un objet. En fin de compte, l’écran OLED, qui a une excellente définition et une excellente visibilité à la lumière du soleil, sera encore plein d’empreintes digitales. Mais il suffit de frotter votre poignet sur la chemise pour que vos empreintes digitales s’effacent facilement.

Qu’est-ce qui n’est pas légal ?

La batterie 4G de la série 3 d’Apple Watch est décente ? si vous la laissez connectée à votre iPhone en permanence. Dans ce scénario, j’ai toujours porté la montre toute la journée (de 7h à 23h) et je me suis retrouvé avec une charge de 40 à 50%, une marque que je considère comme acceptable pour un produit de cette catégorie, avec écran OLED haute définition, support pour les applications tierces, GPS et lecteur de battements de coeur toujours actif.

  Apple va vendre de nouveaux Mac Pro et XDR Display Pro en décembre

Mais quand le téléphone portable n’est pas là et qu’Apple Watch est obligé de communiquer par Wi-Fi ou 4G, il boit la batterie avec une paille : je n’ai pas eu plus de 10 heures d’autonomie, ce qui signifie que, quittant la maison à 8h du matin, l’horloge cesse d’indiquer les heures avant 17h.

Lors d’un test plus extrême, consistant à surveiller une activité avec un GPS et à écouter de la musique dans Apple Music by 4G, la moitié des tambours sont partis en un peu plus d’une heure, ce qui est plutôt mauvais. Si vous envisagez de faire une course ou de passer un long week-end à écouter de la musique en streaming, vous serez probablement déçu.

Cette autonomie limitée empêche finalement Apple de placer en natif une fonctionnalité que je considère importante : la surveillance du sommeil. Grâce aux détecteurs de mouvement, Apple Watch pourrait détecter si vous dormez léger ou lourd et vous réveiller au moment le plus approprié, par exemple. Aujourd’hui, cela est possible avec des applications tierces, mais vous risquez de voir la batterie s’épuiser avant l’aube.

Quiconque a utilisé une montre pour faire la course devrait également manquer plusieurs ressources. Il n’y a pas d’alerte de rythme, par exemple, pour m’avertir par des sons ou des vibrations si je cours à 5min50s par km alors que je devrais faire 5min30s par km. De plus, l’application d’exercice d’Apple n’affiche pas la cadence (pas par minute), ce qui est le cas de toute montre de base ? heureusement, cette fonctionnalité devrait être fournie avec la nouvelle version de watchOS.

Mon autre critique porte sur Siri. Elle ne l’est plus sur l’iPhone, avec une reconnaissance vocale nettement plus faible en français que dans Google Assistant, par exemple. Mais dans Apple Watch, Siri semble plus capricieuse : il y a un moment où elle travaille bien, mais je suis tombé plusieurs fois sur le message “Je te ferai savoir quand je serai prêt” après avoir donné un ordre. Parfois, je demande un compte à rebours d’une minute, et lorsque Siri exécute la commande, 10 secondes se sont écoulées.

  Samsung Galaxy Watch 3 apparaît en de nouvelles images sur le web

Enfin, il convient de rappeler que migrer vers une Apple Watch avec 4G est une double dépense. D’abord parce que, en France, elle est 600 fois plus chère que la version sans 4G. Deuxièmement, parce que le seul opérateur français qui soutient l’eSIM d’Apple Watch, au moment où j’écris ce texte, est Claro ? uniquement pour les clients postpayés, et qui facture encore 29,99 euros supplémentaires par mois.

Cela en vaut-il la peine ?

Je ne pense pas avoir jamais terminé une revue de smartwatch en disant catégoriquement que le produit en vaut la peine, notamment parce que la plupart ont les mêmes problèmes : ils sont trop chers (le prix est même plus élevé que celui de votre smartphone) ; la batterie est limitée, surtout dans les modèles avec watchOS, Tizen ou Wear OS ; et ils sont loin d’être des gadgets indispensables dans votre vie.

En tout cas, la série 3 des Apple Watch est celle qui se rapproche le plus de “l’intérêt” pour les utilisateurs d’iPhone. Il est parfait pour les hommes et les femmes, l’écran est excellent dans toutes les conditions d’éclairage, watchOS est une plateforme bien développée (bien qu’elle manque encore de fonctionnalités de runner) et l’intégration d’iOS est la meilleure possible. Si l’argent n’est pas un problème, ceux qui n’ont pas encore d’Apple Watch devraient s’en contenter.

Qui possède déjà une Apple Watch et se demande s’il vaut la peine de migrer vers la version 4G doit mettre les coûts sur la pointe du crayon : je pense que 600 de plus à l’achat de la montre et 30 de plus par mois juste pour la garder connectée, c’est beaucoup d’argent ? même, cet abonnement me semble assez injuste, d’autant plus que la montre ne se connecte au réseau de l’opérateur que lorsque l’iPhone n’est pas là et qu’il n’y a pas de Wi-Fi en place.

C’est un bon produit, beau et trop cher.

Spécifications techniques

  • Batterie : 279 mAh ;
  • Connectivité : 3G, 4G LTE (bandes 3 et 7), GPS, Wi-Fi 802.11n, NFC, Bluetooth 4.2 LE ;
  • Dimensions : 38,6 x 33,3 x 11,4 mm ;
  • Mémoire interne : 16 Go ;
  • Poids : 28,7 grammes (sans bracelet) ;
  • Plate-forme : watchOS 4.3.2 ;
  • Processeur : Apple S3 à double cœur ;
  • Capteurs : accéléromètre, gyroscope, luminosité, battement de coeur, baromètre ;
  • Écran : 1,5 pouces AMOLED avec une résolution de 340×272 pixels.
  • A propos de l'auteur

    Bernard

    Actuellement responsable informatique dans une PME, je bosse dans le domaine depuis une vingtaine d'année maintenant. Fan inconditionnel de DBZ, et de la triologie Die Hard. #teamWindows sur Perlmol !

    Laisser un commentaire