Technologie

Les lecteurs de livres électroniques et le fétichisme du livre

Dans La réforme de la nature de Monteiro Lobato, la poupée Emília a décidé de « réparer » dans la nature des choses qui lui semblaient déplacées. Avec son amie Rãzinha, elle a commencé à réparer les imperfections. Mais comme sa personnalité est un peu particulière, elle a vite décidé de réinventer tout ce qu’elle pouvait trouver dans le carreau. Les livres sont donc entrés dans la liste :

 » ? Au lieu d’imprimer sur du papier de bois, qui n’est comestible que pour les vers, je ferai les livres imprimés sur un papier fait de blé et très bien assaisonné. L’encre sera étudiée par les chimistes, une encre qui n’endommagera pas l’estomac. Le lecteur lira le livre et mangera les feuilles ; il en lira une, la déchirera et la mangera. Lorsqu’il arrive à la fin de la lecture, il déjeune ou dîne. Comment cela se fait-il ? (…)? Super, Emilia ! C’est plus qu’une simple idée de mère. Et chaque chapitre du livre sera réalisé avec du papier d’un certain goût. Les premières pages auront le goût de la soupe, les suivantes celui de la salade, du rôti, du riz, du tutu aux haricots avec des cretons. Les derniers seront des desserts. J’aime le blanc-manger, le pudding orange, la confiture de pommes de terre.? Et les feuilles de l’index – dit Emilia – auront le goût du café – sera le café final du lecteur. On dit que le livre est le pain de l’esprit. Pourquoi ne pas être aussi le pain du corps ? Les avantages seraient immenses. Ils pouvaient être vendus dans les boulangeries et les confiseries, ou bien livrés le matin par les charrettes, avec le pain et le lait. (…)? Et quand on veut relire un livre ?? Achetez-en un autre, de la même façon que nous achetons un autre pain chaque jour ».

Samsung annonce Gear S, une montre intelligente avec écran incurvé et 3G

Je me suis souvenu de ce livre d’enfance en lisant la chronique d’a Ivan Lessa, qui pense que le plus grand défaut des livres électroniques est l’absence d’un fétiche traditionnel du livre : l’odeur.

Il pense aussi que c’est un lieu de librairie. Je pense déjà que ce livre devrait circuler de main en main. A tel point que je ne garde que des exemplaires techniques et de référence, en plus de quelques ouvrages favoris, que je relis de temps en temps ? par exemple, ma collection Monteiro Lobato. Le reste, je l’ai donné. S’il m’arrive un jour d’avoir à nouveau besoin de ce travail, je le fais avec Emília et je cours sur Internet. Je l’ai déjà fait avec plusieurs livres étrangers en français : j’ai acheté la version électronique dans la langue originale sur Amazon. C’est aussi une occasion de m’améliorer en langues étrangères.

Et qu’en est-il de la gigantesque collection numérique gratuite d’œuvres du domaine public ?

L’opinion de Lessa sur le Kindle m’a semblé être de la désinformation, car il était clair que son point de vue n’est basé que sur ce qu’elle lit. A tel point qu’elle a fait un faux pas : la boutique de livres électroniques d’Amazon a beaucoup plus de succès que celle de « iDolated iSteve iJobs ». Je suis sûr que vous changeriez d’avis si vous aviez un Kindle sous la main. Il est impossible qu’un lecteur avide n’aime pas le Kindle !

Les scientifiques créent une résistance faite de sang

J’étais de ceux qui étaient jaloux de mes livres. À l’exception de rares copies, je ne vois aucune raison de l’être. Mais à y regarder de plus près, je ne possède même pas de copies rares ! Bien au contraire : lorsque j’ai besoin d’un livre épuisé depuis un certain temps, je le trouve sur Internet. Je pense qu’il est important de pratiquer le détachement, comme l’a fait le bibliophile José Midlin. La valeur d’une œuvre littéraire n’est pas sur le papier ou sur la couverture rigide.

Le problème de certains baby boomers est de penser que les filles d’aujourd’hui aiment les trachettanas électroniques pour un simple fétichisme, comme les leurs avec les livres. Le fétiche existe même dans de nombreux cas ? demandez à un fanatique de jeux qui vient d’acheter une nouvelle console. Mais ce n’est pas la nouveauté pour la nouveauté qui transforme le monde. Ce n’est pas le fétiche qui nous a fait entrer dans l’ère de l’information.

Un autre problème est de croire que les livres traditionnels et électroniques ne peuvent pas coexister. Pourquoi les critiques insistent-ils pour mettre les livres traditionnels et électroniques dans le même panier ? Mon habitude d’aller dans les bibliothèques n’a pas disparu. Je pense simplement que plus il y a d’options, mieux c’est.

Apple met en place les nouveaux iPad Pro, iPhone 9 (SE 2) et les balises Bluetooth

Avant de les « combattre », il convient de rappeler qu’avec les tablettes et les lecteurs électroniques, les livres électroniques peuvent changer l’inégalité éducative en France. Il y a des écoles qui n’ont même pas de bibliothèque, et quand elles en ont une, elle est très limitée. Et ils dépendent des autorités pour recevoir de nouveaux titres et pour mettre des étagères en place. J’ai déjà commenté dans une précédente chronique sur la TB l’émerveillement que suscite le matériel éducatif à source ouverte. C’est pourquoi je soutiens la tablette nationale accessible ! Je ne pense pas qu’il soit juste de refuser l’information et la culture à un enfant juste parce qu’il vit dans un endroit sans haut débit et que ses dirigeants ont « d’autres priorités » avec l’argent qui devrait être converti en livres, ordinateurs et cahiers.

Les critiques oublient également l’univers entrepreneurial des livres électroniques. Les jeunes écrivains peuvent publier leurs œuvres aussi facilement qu’ils publient des vidéos en ligne. C’est un moyen de faire éclore de nouveaux talents, comme Amanda Hocking, sans passer par le tamis des éditeurs.

Et enfin, il y a le tuyau de l’article de Carlos Goetteanuer « L’odeur du papier pourri ».

Si mes arguments ne sont pas suffisants, je suggère aux critiques de bien renifler une tablette ou un lecteur électronique avant de les sortir de leur boîte. Au moins, les personnes souffrant de rhinite ne subiront pas de crise à cause des acariens. Ou créez les livres comestibles tout de suite !

A propos de l'auteur

Bernard

Bernard

Actuellement responsable informatique dans une PME, je bosse dans le domaine depuis une vingtaine d'année maintenant. Fan inconditionnel de DBZ, et de la triologie Die Hard. #teamWindows sur Perlmol !

Laisser un commentaire