Internet

Facebook a enfin dévoilé son plan pour combattre les rumeurs

Comme nous l’avons dit précédemment, la diffusion de rumeurs sur les réseaux sociaux est devenue un problème extrêmement nuisible. Une partie de la responsabilité est due au manque d’habitude des gens à vérifier les sources d’information, mais cette responsabilité est également partagée par la technologie.

Google et Facebook tentent depuis un certain temps de trouver des moyens de pénaliser les sites web qui diffusent de fausses nouvelles et de réduire la portée de ces rumeurs. Et il semble que la société de Mark Zuckerberg ait enfin trouvé un plan concret pour lutter contre ces parasites.

Le plan implique une technologie extrêmement archaïque et dépassée : l’homme. Oui, tout le système dépendra des utilisateurs, d’une équipe de validation humaine et, peut-être, d’une entreprise sous-traitante qui aura une équipe, bien sûr, humaine. C’est un peu comme ça :

Une fois qu’un poste apparaît sur la ligne de temps, l’utilisateur peut le signaler comme une rumeur. Il suffit de cliquer sur le coin supérieur droit du message pour accéder à cette option.

  Le nouveau jeu Total Annihilation ravive cette excitation avec la sortie d'un jeu

Lorsque cela se produit, le poste passe à une liste de validation interne. Un groupe d’employés de Facebook vérifiera alors la source de cette nouvelle pour voir si elle ne provient pas de sites suspects comme FoxNews123.com. Toutefois, ils ne vérifieront pas la véracité du contenu pour le moment. C’est une étape intermédiaire qui permet de filtrer les rumeurs et de classer immédiatement ce qui est déjà perçu comme faux.

Si le courrier doit faire l’objet d’une enquête plus approfondie, l’entreprise l’enverra à des organisations tierces qui respectent le Code de principes du Réseau international de vérification des faits. En France, par exemple, nous avons Agência Lupa, Truco et Aos Fatos. Si ces organisations considèrent que la nouvelle est fausse, la personne qui l’a publiée sur Facebook recevra un avis à ce sujet, avec un lien vers un article expliquant pourquoi elle a reçu cette note.

Comme vous l’avez remarqué, vous aurez toujours la possibilité de partager ce contenu. On ne sait jamais quand plusieurs agences qui vérifient la véracité des informations se sont unies dans une conspiration contre cette idée folle que l’on croit vraie, n’est-ce pas ? Je crois que cette ressource existe au nom de la liberté d’expression.

  Firefox donnera plus de temps à Flash pour se déverrouiller

En tout état de cause, les messages qui ont reçu ce faux marquage d’actualité ne peuvent pas devenir une publicité, ni faire partie de promotions et de stimulations. Ce qui est mieux que rien.

Si cela doit résoudre le problème, seul le temps le dira. Mais ce sont des mesures intéressantes qui devraient donner des résultats à moyen terme. Nous verrons bien. Et qu’il soit clair que cela ne nous enlève pas la responsabilité de vérifier ce que nous partageons sur les réseaux sociaux. Après tout, la solution reste, plus que jamais, humaine.

A propos de l'auteur

Véronique

La trentaine, maman de deux petits monstres de 10 ans. Je pèse chaque jour le pour et le contre dans l'utilisation des écrans pour mes bambins !
J'écris souvent depuis les transports en commun (#teamTablette).

Laisser un commentaire