Internet

Les développeurs de jeux commencent à abandonner Google+

Il y a un an, Google faisait sensation en présentant Google+, sa carte de visite définitive pour lutter contre Facebook dans le monde compétitif des réseaux sociaux. Après 12 mois sans que les structures du web ne soient ébranlées, certaines entreprises commencent à abandonner le bateau (social) du géant du web.

Selon All Things Digital, le développeur du jeu Wooga a déjà désactivé le jeu Google+ Monster World et d’autres titres suivront le même chemin jusqu’au 1er juillet. PopCap, une division de la puissante Electronic Arts, confirme également que Bejeweled et Blitz seront fermés à partir de lundi (18). Wooga et Popcap sont, respectivement, les troisième et quatrième plus grandes sociétés de jeux sociaux sur Facebook, où elles vont très bien, merci.

« Nous avons décidé de supprimer certains jeux de Google+ parce que nous avons beaucoup plus d’utilisateurs sur Facebook, qui sont aussi beaucoup plus actifs », a déclaré M. Wooga au site. PopCap, en revanche, a préféré être un peu plus diplomate en disant qu’elle « a désactivé les jeux sur Google+ pour réimplanter des fonctionnalités et faire d’autres adaptations », précisant qu’elle continuera à développer des titres pour la plateforme (mais sans faire d’autres promesses).

  Facebook disparaît sur le coup de pouce

Sans les jeux Wooga et les titres EA, l’humble bibliothèque de jeux Google+ aura une modeste quarantaine d’options à son menu, avec la consolation que des blockbusters comme Angry Birds, CityVille, Zinga Poker et Mafia Wars 2 y sont toujours disponibles.

Lors de son lancement, parmi plusieurs raisons, Google+ a attiré l’attention des développeurs de jeux sociaux en ne prenant que 5 % des revenus générés par les jeux, alors que Facebook s’approprie 30 % de l’argent.

Personne ne m’a demandé mon avis, mais je considère Google+ comme un bon outil et correctement intégré aux services que j’utilise le plus (essentiellement tout ce qui vient de Google). Déclarer l’échec 12 mois après son lancement est peut-être une caractéristique de cette époque où tout devrait immédiatement donner de brillants résultats. Les utilisateurs se sont lassés de MySpace, Orkut et d’autres services qui étaient autrefois des rois intouchables, et un jour peut-être quitteront-ils Facebook (qui est numéro 2 en France depuis des années). Et, vous savez, Google+ va devenir le ballon de la journée, jusqu’à ce qu’il devienne trop populaire et tombe également dans l’oubli.

  Les États-Unis font pression sur Facebook pour qu'il déchiffre le cryptage de Messenger

A propos de l'auteur

Ronan

Le Breton de l'équipe ! Développeur back-end dans une startup française. Internet des objets, domotiques, mes sujets de prédilection sont vastes. #teamLinux sur PerlmOl

Laisser un commentaire