Logiciels

Apple interdit les applications iPhone liées aux cigarettes électroniques

La cigarette électronique est au centre de la controverse dans le monde entier ? et a occupé l’actualité surtout aux États-Unis, où des décès et des hospitalisations dans de graves conditions dues à des problèmes pulmonaires ont été enregistrés. En réponse, Apple a décidé de retirer de l’App Store toutes les applications liées aux cigarettes électroniques et à la vaporisation.

La mesure prise par Apple est en fait un durcissement des règles qui existaient déjà. Il n’a jamais été autorisé à vendre des cartouches de vapeur ou des recharges de cigarettes électroniques par le biais d’applications disponibles sur l’App Store, par exemple. De plus, depuis juin 2019, les nouvelles applications liées à la vaporisation ne sont plus acceptées dans le magasin pour les iPhones et les iPads.

Apple est allé plus loin ce vendredi (15), en supprimant 181 applications déjà publiées sur l’App Store. Ils permettaient, par exemple, de contrôler la température ou l’éclairage des appareils à vapeur. Ceux qui possèdent déjà les applications interdites resteront avec eux sur l’appareil, mais les nouveaux utilisateurs ne pourront plus les trouver lors de la recherche.

Les tablettes ARM sous Windows 8 peuvent manquer d'applications traditionnelles

L’entreprise affirme qu’elle veille à ce que l’App Store reste un lieu de confiance pour les consommateurs, en particulier les jeunes, pour télécharger des applications. Cette décision a été prise après que des experts des Centers for Disease Control and Prevention de l’American Heart Association aient attribué diverses lésions pulmonaires et des décès à des produits à base de vapeur et de cigarettes électroniques, qualifiant la propagation de ces dispositifs de crise de santé publique et d’épidémie chez les jeunes.

En France, les appareils électroniques pour fumer sont interdits depuis 2009, selon une résolution d’Anvisa. Les violations impliquent les sanctions prévues par la loi 6.437, du 20 août 1977, qui exige un avertissement, une amende, une saisie, une mise hors service, une interdiction de produit et une interdiction de publicité.

A propos de l'auteur

Bernard

Bernard

Actuellement responsable informatique dans une PME, je bosse dans le domaine depuis une vingtaine d'année maintenant. Fan inconditionnel de DBZ, et de la triologie Die Hard. #teamWindows sur Perlmol !

Laisser un commentaire