Jeux

Volez autour du monde avec des avions de poche

Je suis l’un des nombreux joueurs (et certains moins) qui ont vu leur productivité complètement anéantie cette semaine pour un autre jeu “gratuit” de Nimblebit,  le cours qui nous a donné Tiny Tower l’année dernière. Au moment d’écrire cette chronique, je ne pouvais penser à rien d’autre à discuter que du jeu béni.

Pocket Planes est un jeu de simulation de compagnie aérienne légère. Le jeu n’est pas ce genre de simulation profonde qui nécessite l’élaboration de tableaux Excel pour créer le système d’optimisation parfait ; l’identité visuelle de Pocket Planes offre en quelque sorte la nature décontractée du jeu. Cependant, je dirais que c’est une bonne chose, compte tenu de la plate-forme.

Le jeu est, dans son essence même, extrêmement simple : vous vous promenez dans des villes du monde entier avec vos avions pixélisés, vous récupérez les passagers et le fret et les laissez à leur destination. Plus la distance est grande, plus le vol est profitable. L’argent accumulé peut être utilisé pour acheter de meilleurs avions, investir dans les aéroports, et le cycle se répète.

C’est très simple, mais le diable (dit le proverbe) est dans les détails.

Comme l’indique l’écran ci-dessus, chaque aéroport dispose d’une liste des passagers et du fret, de leurs destinations et du montant correspondant pour le transfert. Choisissez le contenu de votre avion, et sélectionnez la ville d’arrivée sur la carte.

Les voyages plus longs prennent plus de temps en avion, mais génèrent une plus grande récompense monétaire. Les trajets plus courts (que j’ai vu des gens qui voyagent beaucoup pour leur travail appeler “délit de fuite”) permettent de jouer plus souvent, car il y a toujours un avion disponible à envoyer sur un autre vol, mais le gain est presque négligeable.

C’est à vous de choisir la voie à suivre. C’est là que commencent les distinctions entre Tiny Tower et Pocket Planes : alors que le premier est assez linéaire (presque un Tamagotchi next gen, si l’on s’arrête pour y réfléchir), le second est beaucoup plus libre de jouer à sa guise. Il y a un vrai jeu et une vraie stratégie.

  Firefox aura une intégration native avec Pocket

Il y a aussi le facteur de distance de vol. Souvent, vos avions n’ont pas une autonomie suffisante pour amener les passagers et le fret à leur destination finale, ce qui vous oblige à faire des escales. Vous pouvez ensuite acheter des aéroports dans des villes intermédiaires, où vous pouvez faire une escale, ou moderniser l’avion et lui donner une plus grande autonomie pour effectuer le trajet.

Si le choix est de faire des escales, il est alors préférable de prendre quelques passagers qui descendront à l’aéroport intermédiaire, afin que l’escale soit un peu rentable.

Quiconque voyage fréquemment reconnaîtra les tactiques des compagnies aériennes dans la mécanique de jeu de Pocket Planes. Les escales, par exemple, ou les vols de correspondance en bon portugais.

Il fonctionne de la manière suivante : les vols “efficaces” (c’est-à-dire bondés de personnes et de marchandises allant vers la même destination) rapportent une prime de 25 % du billet de chacun. Le problème est que les circonstances dans lesquelles tous les passagers d’une ville Y se rendent à X ne sont pas très courantes. La solution consiste à forcer ces vols “idéaux” artificiellement, par le biais de correspondances.

Voici un exemple qui revient souvent dans le jeu : imaginez que  Júlia, de Paris, veuille aller à Manaus. Roberto, de Fortaleza aussi. Et quelqu’un veut expédier une boîte de chatons de Salvador à Manaus (ne me demandez pas pourquoi, c’est une situation qui se produit vraiment dans le jeu). La façon la plus rentable de résoudre ce problème est de les déposer tous les trois dans une ville intermédiaire, comme Araguaína-TO, d’où un autre avion les emmènera à Manaus. L’avion rempli de passagers se rendant à la même destination donnera lieu à un bonus qui rendra ce jonglage plus rentable (à condition que les vols deviennent moins pratiques pour les passagers).

  Le remake de Castle Of Illusion est disponible pour iOS

Découvrir les vols les plus rentables est une partie importante du jeu Pocket Planes. L’optimisation de ce va-et-vient d’avions implique le genre de stratégie qui manque beaucoup aux veufs de Maxis (et de ses Sim Things sans fin, comme moi).

Votre flotte initiale dans le jeu est ridicule : des petits avions lents avec de la place pour un seul passager ou un seul chargement. Petit à petit, vous gagnerez de l’argent à investir dans votre petite compagnie aérienne. Vous pouvez moderniser des avions existants, acheter des pièces pour assembler de nouveaux avions ou, si l’impatience vous saisit, acheter un avion prêt à l’emploi, pour le moment, dont le prix est plus élevé.

Le jeu comporte deux pièces : la Pièce (proprement dite, “coin”) et le Bux. Les pièces sont utilisées pour acheter et moderniser les aéroports ; déjà les bux, qui sont plus importants, sont utilisés pour accélérer les processus dans le jeu (cette caractéristique inévitable des jeux freemium) et pour acheter des avions.

Vous avez dû remarquer que je n’ai pas dit que Pocket Planes est un jeu gratuit, j’ai dit que c’est un jeu “gratuit”. Les citations sont dues au fait qu’il y a, oui, comment dépenser de l’argent pour le jeu, si vous voulez. Les bux, qui sont collectés dans une proportion beaucoup plus faible que les pièces, peuvent être achetés en micro transactions par les impatients.

Pour sa défense, Pocket Planes ne tord pas le bras du joueur comme les autres jeux du genre. Vous pouvez jouer parfaitement sans faire appel à votre portefeuille ; j’ai joué comme un fou et je n’ai pas dépensé un centime. Il suffit de donner la priorité aux vols qui rapportent du beurre plutôt que de l’argent. À première vue, vous opérerez à perte ; cependant, comme la conversion de la pièce de monnaie en bux est de 500 à 1, voler en recevant cette seconde en vaut presque toujours la peine. J’en conclus que, par rapport aux autres jeux freemium, Pocket Planes distribue ses “pièces vertes” (pour utiliser une métaphore Orkutu) de manière assez généreuse.

  Poche, papier à lettre ou lisibilité : quelle est la meilleure application pour lire ce texte plus tard ?

Pocket Planes est un jeu avec une proposition simple, mais un gameplay bien défini et un espace considérable pour l’exploration. En choisissant les aéroports que vous voulez ouvrir, en personnalisant les avions et en décidant des ponts aériens (et si vous préférez donner un peu de confort aux PAX pixélisés, ou les jouer de là à là en ne visant que le profit maximum, comme dans la vie réelle), le jeu est beaucoup plus ouvert que la précédente offre freemium de Nimblebit, la Tour minuscule.

Et la récompense constante sous forme de notifications “push” que vos avions ont atterri et sont prêts pour un autre voyage manipule parfaitement la partie de notre cerveau qui se satisfait des petites réalisations. C’est une véritable dépendance.

Étant donné la liberté, il n’y a aucune raison de ne pas l’essayer. Pocket Planes est disponible pour les appareils iOS (iPhone, iPad et iPod Touch) et bientôt pour les appareils Android.

Maintenant, avec votre permission, j’ai quelques coquins qui se dirigent vers Paris et je veux savoir combien d’argent Izzy Nobre Airlines gagnera si je les envoie faire un tour dans toute la France.

A propos de l'auteur

Véronique

Véronique

La trentaine, maman de deux petits monstres de 10 ans. Je pèse chaque jour le pour et le contre dans l'utilisation des écrans pour mes bambins !
J'écris souvent depuis les transports en commun (#teamTablette).

Laisser un commentaire