Science

Ces lunettes 3D pour mante religieuse peuvent aider les scientifiques à créer un système de vision pour les robots

Parfois, imiter la nature est la meilleure façon de développer une technologie. Un groupe de chercheurs de l’université de Newcastle au Royaume-Uni prend ce précepte très au sérieux : ils ont créé de minuscules lunettes 3D à tester sur des mante religieuse. L’objectif ? Créer des “yeux” pour des robots bien plus avancés que ceux d’aujourd’hui.

En regardant de loin, on pourrait même trouver la mante religieuse, une jolie petite bestiole ? quel mal peut faire un être qui semble toujours prier ? Mais la mante religieuse est un chasseur agressif. La grande capacité de chasse de l’insecte est due en partie à la sophistication de sa vision. C’est ce que les scientifiques surveillent (avec le pardon du jeu de mots).

D’après ce que la science a déjà établi, la mante religieuse est le seul insecte qui a développé ce qu’on appelle la stéréopsie, c’est-à-dire qui peut voir le monde en trois dimensions, en ayant une perception bien développée de la profondeur.

  Un cœur fabriqué en imprimante 3D aide les médecins à sauver un bébé

Le problème est que les tests qui ont révélé la capacité de vision 3D de la mante religieuse sont très anciens, ayant été effectués en 1983. De plus, ces tests étaient limités : seul un ensemble d’images très restreint a pu être montré à l’insecte.

C’est alors que Jenny Read et son équipe ont eu l’idée de créer de très petites lunettes en 3D pour les tester sur la mante religieuse. L’objet miniature est similaire à celui que nous utilisons dans les cinémas qui diffusent des films en 3D, mais il est fait de cire d’abeille et possède des lentilles dans des tons de bleu et de vert, car l’insecte voit très mal la couleur rouge.

Dans l’étape suivante, les lentilles miniatures ont été doucement placées au-dessus des yeux de la mante religieuse. Ensuite, une série d’images a été placée devant l’insecte. Des vidéos d’autres insectes en mouvement ont également été montrées.

Les résultats de l’expérience, qui a duré environ deux ans, ont été très intéressants. La mante religieuse ne s’attaquait qu’aux proies possibles qui apparaissaient dans les images lorsqu’elles étaient montrées en trois dimensions. Les images de proies générées en deux dimensions n’ont pas produit de réaction chez l’insecte, ce qui prouve sa capacité de stéréopsie.

  Couverture invisible

Les prochaines étapes seront plus laborieuses. Le cerveau de la mante est minuscule, il est donc étonnant qu’ils aient des capacités de vision en 3D et qu’ils s’en servent pour chercher des proies. Les scientifiques veulent mieux comprendre comment ce mécanisme fonctionne chez l’insecte.

On sait déjà que les aspects anatomiques de la mante religieuse favorisent la stéréopsie : la forme des yeux permet à l’insecte d’avoir différents points focaux ; la comparaison entre ces points permet au cerveau de calculer la profondeur.

Toutefois, avec plus de détails sur le fonctionnement de la vision des insectes, les chercheurs pourront atteindre le but final : comprendre comment la vision 3D s’est développée dans la nature pour appliquer ces connaissances aux technologies informatiques. Cela peut conduire, par exemple, à la création de robots, même petits, qui “voient” avec une excellente perception de la profondeur.

A propos de l'auteur

Bernard

Bernard

Actuellement responsable informatique dans une PME, je bosse dans le domaine depuis une vingtaine d'année maintenant. Fan inconditionnel de DBZ, et de la triologie Die Hard. #teamWindows sur Perlmol !

Laisser un commentaire