Science

Pourquoi vous avez mal à la tête en regardant des films en 3D

Je ne me souviens même pas du titre. Tout ce que je sais, c’est que la première fois que j’ai vu un film en 3D, j’ai quitté le cinéma et j’ai immédiatement pris des médicaments contre le mal de tête que je laisse toujours dans mon sac à dos. À l’époque, je ne m’en souciais même pas beaucoup, car le médicament faisait rapidement effet. Plus tard, j’ai cependant découvert que d’autres personnes ont le même problème. Beaucoup de gens, pour être clair, tellement qu’un groupe de scientifiques a décidé d’enquêter sur les causes du problème.

Dans mon cas, le mal de tête est léger et ne survient pas toujours. Mais je connais des gens qui sont tellement dérangés par les “effets secondaires” des films en 3D qu’ils ne font aucun effort pour les regarder, préférant le cinéma traditionnel, “sans ces fresques de spectacle”.

Comme vous pouvez le voir, la situation est la suivante : certaines personnes remarquent peu d’effets, d’autres en ressentent beaucoup et, bien sûr, il y a ceux qui n’ont aucun malaise. Pourquoi ces différences ? Parce que certaines personnes sont plus sensibles que d’autres et aussi parce que le “déclencheur” du problème peut varier.

C’est plus courant qu’il n’y paraît

Un groupe de chercheurs de l’Université d’État Lomonosov en Russie a passé pas moins de huit ans à étudier les nuisances causées par les films en 3D. Les résultats ont été publiés lors de la récente conférence Stereoscopic Displays and Applications à San Francisco.

L’étude s’est déroulée en plusieurs étapes. L’une d’entre elles, réalisée en 2011, consistait en des entretiens avec des Français juste après qu’ils aient regardé un film en 3D. Cette enquête a renforcé l’idée que les effets sont variés : 27% ont remarqué une certaine gêne ; 22% ont ressenti une gêne plus forte ; 7% ont eu des maux de tête très intenses ; 11% ont eu une gêne, mais pour d’autres raisons non précisées (comme une douleur au cou causée par une mauvaise posture, je suppose) ; les autres n’ont rien ressenti.

Notez que l’enquête a été réalisée après la projection d’un film. Cependant, pour Dmitry Vatolin, responsable de l’étude, presque tous ceux qui ont vu un film en 3D se sont sentis mal à l’aise à un moment donné, certains avec plus d’intensité, d’autres avec moins. En d’autres termes : ceux qui n’avaient pas rien ce jour-là n’aurait pu être gêné par un autre film.

  Une invention qui transforme les vélos en chargeurs de batterie

Pour que nous puissions regarder un contenu tridimensionnel, le cerveau doit combiner deux images bidimensionnelles – une pour chaque œil – pour obtenir un effet stéréoscopique, c’est-à-dire avoir la notion de tridimensionnalité elle-même, avec la perception de la profondeur, de la position et de la distance.

Cependant, il existe des situations où le cerveau ne peut pas effectuer ce travail correctement. Si ces défaillances sont ponctuelles, le cerveau s’adapte généralement et on ne remarque rien. Mais si le problème se manifeste avec une certaine fréquence, les nuisances apparaissent, y compris les maux de tête. C’est comme si le cerveau devenait surchargé en essayant de former ces images correctement. Il suffit parfois d’une fatigue minime pour déclencher la gêne : la fatigue finit par perturber le cerveau dans le traitement de cette information.

L’équipe de M. Vatolin a conclu qu’il existe au moins 15 causes ou “déclencheurs” de ce défaut de jonction d’images. Ils ont été séparés en deux groupes : “imperfections dans les outils” et “défauts dans le film”.

Dans le premier groupe, on trouve essentiellement des lunettes, des écrans et des projecteurs de qualité inférieure utilisés pour diminuer les coûts de fonctionnement des cinémas et des distributeurs. Les propriétés inférieures de ces équipements finissent par générer des distorsions et autres types d’imperfections dans les images qui, vous le savez maintenant, laissent le cerveau en difficulté.

Dans la catégorie “échec du film”, la situation est plus compliquée. En théorie, le mauvais équipement peut être remplacé et tout va bien. Mais lorsqu’il y a des problèmes dans les films, ils ne sont détectés (par des personnes spécialisées) qu’après que les productions aient atteint les salles de cinéma ou le marché via le Blu-ray, par exemple.

L’un des problèmes détectés était le changement d’image de gauche à droite et vice versa. Les chercheurs ont analysé 105 films Blu-ray et ont trouvé, en tout, plus de 10 000 scènes potentiellement problématiques. L’échec des images échangées est apparu dans 23 films différents, totalisant 65 scènes. Parmi eux, des productions comme Avatar, les Chroniques de Narnia et Stalingrad.

  Ce minuscule projecteur peut être la première étape vers nos smartphones affichant des hologrammes

Pour Vatolin, ces chiffres sont inquiétants : “la probabilité d’acheter un Blu-ray 3D avec au moins une scène où les images de gauche et de droite sont échangées est d’environ 21%, ce qui est assez important pour les personnes sensibles”, explique-t-il.

Mais il y a une bonne nouvelle dans toute cette histoire : les chercheurs ont découvert que l’industrie a amélioré la qualité technique des films en 3D, il en va de même pour l’équipement des salles de cinéma. Dans deux ou trois ans, les nuisances causées par les productions en 3D devraient diminuer de manière significative, estime M. Vatolin.

Les jeux vidéo provoquent aussi des maux de tête

Et des étourdissements et même des maladies, surtout dans les jeux à la première personne. Mais le problème ici habituellement être différent : généralement, ce qui cause ces désagréments est une perturbation de la perception des mouvements par le système vestibulaire, une structure située dans la région de l’oreille qui répond au maintien de l’équilibre physique.

Ce problème est si fréquent qu’il a même un nom : la cinétose (ou, si vous préférez une expression plus informelle, “le mal du mouvement”). De nombreuses personnes ressentent les effets du problème sur les bus, les bateaux, les avions et les ascenseurs, par exemple, en raison de mouvements auxquels elles ne sont pas habituées.

Selon MD.Saúde, le cerveau reçoit des informations de trois structures pour savoir quand le corps est en mouvement : la vision, l’oreille interne (système vestibulaire) et la proprioception (capacité à percevoir la localisation spatiale, la position et l’orientation du corps). Lorsqu’il y a des divergences entre ces trois mécanismes, la cinétose se manifeste.

A titre d’exemple, imaginez une personne qui voyage en avion. Elle est en mouvement parce que l’avion bouge. Cependant, par rapport à l’avion lui-même, elle est immobile. Comme la personne ne regarde pas par la fenêtre, la vision et la proprioception informent précisément le cerveau qu’elle est arrêtée. Mais, soudainement, l’avion effectue quelques manœuvres, ce qui fait que le système vestibulaire informe qu’il y a effectivement un mouvement. Le résultat de cette confusion est le vertige, la nausée, la pâleur et autres.

  AVA, un logiciel qui teste une faille de sécurité fréquente : le comportement des personnes

En matière de jeu, le mécanisme est similaire : vous êtes là à chasser des ennemis dans un cadre tridimensionnel, en marchant d’avant en arrière comme une hallucination. En plus de marcher, vous sautez, descendez et tournez, le tout dans des mouvements rapides. Seulement de ce côté, dans la “vraie vie”, votre corps est immobile. Alors, vos sens s’embrouillent.

Que faire ?

En ce qui concerne les jeux, quelques gestes simples peuvent aider à éviter les désagréments, comme se tenir un peu plus loin de l’écran, garder l’environnement éclairé (laisser la lumière allumée) et faire des pauses fréquentes. Le réglage de la fréquence d’images par seconde du jeu peut également être utile, de même que l’utilisation d’un moniteur de bonne qualité – de préférence un moniteur ayant une fréquence d’au moins 60 Hz.

Maintenant, si vous tenez à regarder un film en 3D mais que vous vous sentez mal à l’aise, l’étude de Vatolin montre clairement qu’il n’y a rien d’autre à faire que de chercher des salles de cinéma bien équipées et de privilégier les productions 3D à gros budget ? dans ces salles, les risques de défauts d’image sont plus faibles (ou devraient l’être).

Dans le cas des téléviseurs 3D, en réalité, jusqu’à aujourd’hui, ils n’ont pas convaincu (et j’ai des doutes si un jour ils le feront). Mais si ce type d’équipement figure toujours sur votre liste de souhaits, il vaut la peine de faire beaucoup de recherches avant de choisir un modèle ? pratique jusqu’à ce que vous fassiez des tests dans les magasins.

Il n’est jamais exagéré de recommander de consulter un médecin si les désagréments sont fréquents ou importants. Vous pouvez, par exemple, souffrir de troubles visuels – tels que la myopie, l’hypermétropie et l’astigmatisme (mon cas) – qui, même en étant légers, peuvent vous faire pousser les yeux trop fort. Cet effort est particulièrement intense dans le cinéma en 3D ou lorsque vous devenez trop concentré sur le jeu. Dans ces circonstances, il n’est pas bon d’ignorer les alertes que l’organisme donne, n’est-ce pas ?

A propos de l'auteur

Véronique

La trentaine, maman de deux petits monstres de 10 ans. Je pèse chaque jour le pour et le contre dans l'utilisation des écrans pour mes bambins !
J'écris souvent depuis les transports en commun (#teamTablette).

Laisser un commentaire