Science

Un prototype de pile biologique Sony tire son énergie du papier

La branche japonaise de Sony a récemment annoncé la création d’un prototype de batterie quelque peu inhabituel. Au lieu d’utiliser des éléments chimiques que tous les fabricants utilisent, comme le lithium, la batterie est à base de papier. Et il tire son énergie de la cellulose de la même manière que les termites tirent leur énergie du bois, selon un porte-parole de l’entreprise.

Les études de Sony dans ce domaine remontent à 2007, si bien que cette technologie n’est pas travaillée et améliorée aujourd’hui. Mais ce n’est que maintenant qu’un prototype a été développé et démontré.

Cela fonctionne de manière intéressante. Le papier contient de la cellulose, qui n’est rien d’autre qu’une sorte de glucose végétal. Certaines enzymes sont utilisées pour casser cette cellulose en petits morceaux qui sont ensuite décomposés à nouveau par un autre type d’enzyme. Ce processus génère des ions hydrogène, qui se combinent à l’oxygène de l’air et deviennent de l’eau, ainsi que (et peut-être le plus important) des électrons, qui sont amenés dans un circuit pour produire de l’électricité.

  Le cadre juridique pour la science, la technologie et l'innovation est sanctionné par le président Dilma

Il y a un inconvénient évident pour l’instant : la quantité d’énergie qu’elle peut produire est encore faible. Lors de la démonstration, Sony n’a réussi à allumer qu’un seul petit ventilateur. Mais il y a un avantage environnemental évident, car ce type de batterie ne génère pas de déchets toxiques.

Comme la grande majorité des gadgets d’aujourd’hui utilisent des piles et consomment de plus en plus d’énergie, il est important que les fabricants travaillent constamment à leur développement. Et la création de Sony est une autre au milieu de dizaines d’autres initiatives, mais il est toujours bon de voir que ces idées sortent vraiment du papier. Ou, dans le cas de Sony, ils sont toujours sur le coup.

A propos de l'auteur

Véronique

Véronique

La trentaine, maman de deux petits monstres de 10 ans. Je pèse chaque jour le pour et le contre dans l'utilisation des écrans pour mes bambins !
J'écris souvent depuis les transports en commun (#teamTablette).

Laisser un commentaire